Devez-vous terminer votre assiette ?

assiette finir terminer étiquette politesse france asie règles usage à table restaurant terminer le plat recevoir

Savoir-vivre à table : doit-on terminer son assiette ?

 

Sur ce sujet, nous avons déjà tout entendu.

Bébé : les règles étaient simples.

« Mange ce que tu peux ». Chaque cuillerée qui atterrissait dans la bouche et non sur les vêtements était valorisée.

Enfant, lorsque papa et maman nous faisais découvrir les richesses de la gastronomie française, la consigne était simple : « finis ton assiette ». J’appartiens à la génération qui a entendu des milliers de fois : « si tu ne finis pas, cela veut dire que tu n’as plus faim, donc tu n’auras pas de dessert ». Remarquons que c’était déjà un choix. Nous avions la possibilité de ne pas finir. Nos parents et grands-parents ont été élevés avec les paroles « tu manges ce que l’on veut bien te donner et tu remercies ».

A l’adolescence, le discours sur à table n’est plus sur « oui ou non doit-on finir son assiette », mais sur la présence des ados à la table familiale. Même si physiquement, ils sont là, mentalement ils sont sur facebook ou ils sont engagés dans trois conversations simultanées sur leur smartphone.

A la majorité, avec la vie étudiante, le contenant « assiette » disparaît. On mange dans la casserole, dans le contenant en carton ou dans le papier du sandwich.

Simple… vraiment?

Et lorsqu’arrive enfin l’âge adulte, on est tellement embrouillé qu’on s’interroge réellement :

 

Doit-on terminer son assiette ?

 

Alors voici ce qu’il est écrit dans les manuels de savoir-vivre que j’ai lu.

En France, il est convenu de terminer son assiette. Cela montre aux maîtres de maison ou au chef cuisiner que le repas servi a été apprécié. Mais, en revanche, il est impoli de finir le plat, à moins d’avoir été invité à le faire par le maître ou la maîtresse de maison. Ces derniers s’abstiendront de mettre la pression à leurs invités avec la traditionnelle formule « il faut finir ».

Retenez que dans les pays asiatiques, terminer son assiette signifie que l’on a encore faim. Cela indique à l’hôte qu’il n’a pas préparé suffisamment de nourriture. C’est une offense à son hospitalité. Veuillez donc à laisser un peu de nourriture au coin de l’assiette.

 

 

2 comments

  1. Mely says:

    Bonjour Hanna,
    Merci pour ces précisions ! Nous en avons déjà discuté, et en bonne mangeuse que je suis, je peux dire qu’il est fort rare que je ne termine pas mon assiette (faut-il alors que je sois malade ou que le contenu me dégoute, ce qui arrive rarement car je ne suis pas du tout difficile). Ma famille est italienne, et on cultive même l’art du « tout doit disparaître aux repas », ce qui fait plaisir quand on reçoit. Mes parents ne m’ont jamais forcée à finir mon assiette (ils n’en ont pas eu besoin je pense ;)) mais j’avoue comprendre ceux qui le font, ou au moins insistent un peu… Beaucoup de mes amies sont jeunes mamans et j’ai toujours mal au coeur quand je vois leurs enfants (pourtant servis en quantité limitée) manger 3 cuillerées d’un très bon plat fait maison, puis repousser leur assiette pour revenir réclamer à cor et à cri 15 minutes plus tard glaces, bonbons et autres mets sucrés industriels qu’on leur donne alors sans rechigner. Et pour compenser, soit la maman jette (gâchis) soit elle finit (grossit). Bon, n’ayant pas d’enfants moi-même, je ne me permets pas de juger, mais je trouve que le respect à la nourriture doit s’inculquer dès le plus jeune âge. Sinon, j’ai de la peine au restaurant, quand je vois revenir des assiettes à moitié pleines… Certes, parfois les quantités sont très généreuses, mais bon… Après, chacun a ses petites excuses personnels pour justifier ces habitudes (petit appétit, plus faim, un peu barbouillé…) afin que cela passe mieux.
    Bon, et sinon moi je devrais me préparer psychologiquement à un futur voyage en Asie alors 😉
    Bon dimanche.

    • JeuneLady says:

      Bonsoir Mely,
      Vos remarques sont totalement justes ! Je me fais les mêmes commentaires (dans ma tête) sur le restaurant ou chez des amis avec des enfants. Il va de soi que je ne vais pas me mêler de l’éducation des autres mais il faut tout de même constater que les « consignes » alimentaires données par les parents défient parfois la logique. Il est normal que les enfants se perdent et font des caprices après.
      Je ne sais pas quelles sont les solutions. Le resto qui permettent de ramener le doggy bag (encore que ceux qui prétextent une excuse ne voudront peut-être pas rapporter le plat, alors que ceux qui finissent leur assiette rapporteraient bien les restes du voisin. Oui, moi, je n’ai pas honte de le dire: j’aimerais bien ramener le magret de canard inentamé de la table d’en face). Le retour à l’éducation « à la dure »: « si tu ne finis pas ton assiette, on te la ressert au repas suivant »? La crainte d’une dénonciation à la Dass pour « maltraitance » n’est pas loin…
      Peut-être que sans le vouloir vous avez apporter la solution au problème : cuisiner tellement bien que les enfants et les adultes ne peuvent pas « ne pas finir leur assiette » 🙂
      Bonne préparation pour une diète asiatique 😉
      Et bonne semaine!

Laisser un commentaire