Langage caché des fleurs : quel bouquet insulte-t-il le plus efficacement ?

colchiques langage caché des fleurs politesse savoir vivre langage fleurs insulte étiquette bonnes manières apprendre guide livre manel expert prof cours

 

Langage caché des fleurs : quel bouquet insulte-t-il le plus efficacement ?

 

Dans le livre de Michel Guibert et Pauline Delamarque, Savoir recevoir, Savoir vivre, paru aux éditions France Loisirs, en 1990, se trouve un excellent encart (page 38) au sujet du langage des fleurs. Je vous le reproduis intégralement.

 

Le langage caché des fleurs :

 

« Offrir des fleurs :

On offre généralement des fleurs par nombre impair. Ce ne vaut que pour les bouquets relativement restreints : c’est un problème d’esthétique. Quatre brins, ou six brins identiques s’ordonnent moins joliment dans un vase que trois ou cinq… A partir de dix, la parité n’a guère plus d’importance. On connaît l’adage : on offre douze roses pour remercier, vingt-quatre pour être galant, trente-six quand on est amoureux.

Des superfinitions sont attachées à certaines fleurs : les œillets, dit-on portent malheur, les chrysanthèmes, autrefois appelés « fleurs des veuves » évoquent généralement les cimetières et d’aucuns hésitent ou se refusent à les introduire dans leur intérieur. C’est bien dommage, mais si on ne connaît pas ses hôtes, il vaudra les éviter.

Chaque fleur avait autrefois une signification bien précise : dans le langage des fleurs, l’œillet signifiait : « Vous avez une rivale », ce qui, évidemment, peut ne pas faire plaisir à tout le monde. A vrai dire, à part le myosotis (« Ne m’oubliez pas »), la violette (« Vous êtes modeste ») et la rose rouge, synonyme d’amour ardent, les gens n’attachent aucune attention au message que les fleurs, autrefois, faisaient passer. En particulier parce que la plupart des fleurs qui permettent de dire ce qu’on a à faire savoir, ne se trouvent pas chez les fleuristes. (Où trouver des colchiques « les beaux jours sont finis… » si vous avez décidé de rompre au mois de mars ?)

Quelle femme imaginerait en recevant un bouquet composé de roses jaunes, d’iris, de boutons d’or, de géraniums citronnés, de giroflées, et de marguerites qu’elle ait à décrypter chacune de ces fleurs dans l’ordre : « Vous êtes volage, inconstante, ingrate, vous me tyrannisez, je suis déçu. Adieu ! ».

Offrez donc des fleurs que vous voulez et choisissez-les plutôt en fonction de leur beauté, sans trop vous embarrasser du reste. »

 

 

2 comments

  1. Denis says:

    Je trouve que beaucoup de femmes prêtent encore attention aux fleurs, ce que je trouve charmant d’ailleurs, j’ai offert une fois un bouquet avec des roses jaunes car c’est la couleur favorite de la personne et le choix de la couleur a été interprété. C’est assez rigolo je trouve.

    Denis de fiscal.immo

    • Hanna GAS says:

      Cet extrait m’a fait tellement rire lorsque je l’ai lu, il fallait absolument que je le partage avec vous! Le langage des fleurs est d’une subtilité savoureuse (…et désuète, avouons-le).
      Merci de faire encore partie des hommes qui offrent des fleurs !

Laisser un commentaire