Leçon d’étiquette : comment mettre ses invités à la porte ?

jus de fruits servir offrir soirée signal de départ invités mettre à la porte

Comment mettre ses invités à la porte ?

Recevoir ses invités est tout un art : il faut veiller à une multitude de petits détails qui, s’ils sont bien faits ne se voient pas (personne ne vous félicitera parce que l’eau n’a pas manqué dans la carafe), et s’ils manquent vous seront reprochés.

Il arrive que notre accueil, notre compagnie et notre programme soient tellement réussis que certains de nos invités s’éternisent. L’heure tourne et nous ne savons plus quoi faire pour les faire partir. Dans nos cercles d’amis, nous avons généralement tous un invité dit « collant ». Il est de compagnie très agréable, mais passé un horaire décent, nous l’apprécions beaucoup moins.

 

Alors comment se débarrasser de ses invités ?

 

Jetez-moi la première pierre si vous n’avez pas déjà fait comme moi dans pareille situation !

Parfois, je me dis que j’ai déjà tout essayé :

  • J’ai baillé fort, grossièrement et de la façon le moins élégante dont j’étais capable.
  • J’ai lancé de nombreuses allusions sur « la dure journée du lendemain ».
  • J’ai carrément demandé si mes invités n’étaient pas fatigués.
  • J’ai demandé s’ils connaissaient bien le chemin du retour, s’ils n’allaient pas se perdre (ils habitent depuis toujours dans la région, donc de ma part c’était un coup « gros ». Ils connaissent la ville mieux que moi !).
  • J’ai commencé à ranger la vaisselle et la cuisine jusqu’à débarrasser TOUTE la table, et j’ai lancé le lave-vaisselle.
  • Une fois, mon mari a proposé aux retardataires d’aller boire un dernier verre en ville. Ainsi, moi je suis allée me coucher et lui s’est sacrifié (mon mari est extra !).
  • J’ai apporté leurs manteaux aux invités. (C’est horrible, je sais. Lorsque la fatigue s’empare de moi, mon coté lady s’efface de façon critique).

Rien à faire, ils sont encore là. Ils ne comprennent pas les signaux.

La technique de la rencontre à l’extérieur est une solution qui a ses limites. Nous prétextons un rendez-vous en suivant notre café… la personne peut vous suivre (véridique !).

D’autre part, si nous allons au restaurant le soir, quelle obligation pouvons-nous bien inventer à 23h ?

 

Invités qui s’éternisent : la solution de Nadine de Rothschild 

 

Face à pareil problème, je me suis plongée dans les manuels de savoir-vivre. La baronne de Rothschild conseille de proposer des jus de fruits en fin de soirée pour chasser les retardataires. Si les maîtres de maison proposent, après le café, les tisanes et les digestifs, des jus de fruits, sachez que c’est le signal de départ. Au mieux, levez-vous immédiatement, saluez et partez. Au pire, buvez ledit jus en une minute et déguerpissez.

Joli conseil. Mais voilà : personne ne connaît cette règle.

Dans notre cas, si nous proposons un jus de fruit, lesdits invités seraient parfaitement capables de l’accepter, puis de patienter jusqu’à la soupe à l’oignon à 3h du matin, puis le petit-déjeuner du lendemain.

Les temps ont changé, cette règle d’étiquette n’a plus aucun sens aujourd’hui.

 

Avez-vous une solution à me conseiller ?

 

4 comments

  1. dark valkyrie says:

    j’ai des amis qui disent cash, et avec le sourire, « c’est pas que je t’aime pas, mais je voudrais aller me coucher » en général on répond « ah oui, ben je vais y aller »

    quant à moi, vu que je m’endors n’importe où et devant n’importe qui, je n’ai même pas ce problème.
    niveau bonnes manières on repassera, mais ça a le mérite de ne pas me faire attendre Morphée 🙂

  2. Mely says:

    Je me souviens que nous avons abordé le problème… Que c’est compliqué !

    Mais pour rebondir sur le commentaire précédent, le mieux est de jouer franc-jeu avec une dose de tendresse et d’humour. On a adoré la soirée mais on tombe de fatigue…

    En revanche, si c’est un déjeuner, c’est plus délicat… Si les invités ne peuvent pas aller jusqu’à s’incruster pour dormir, ils peuvent en revanche s’inviter pour le dîner. Je pense que là il ne faut pas tendre la perche et prétexter une activité où on ne pourra que prendre congé (sieste, s’occuper des enfants, sortir, travailler…)

    Bon courage 🙂

    • JeuneLady says:

      C’est notre ancienne conversation qui m’a inspiré cet article !
      L’humour est la meilleure des solutions… encore faut-il oser et avoir un interlocuteur qui partage cet humour-là.
      Pour les déjeuners et les goûter, j’avoue que j’ai de plus en plus tendance à formuler mes invitations par mail/texto ou de vive voix en précisant « de telle heure à telle heure ». Généralement cela fonctionne.
      De toute façon, le jour où j’aurai la recette magique, je la partagerai aussitôt sur le blog 🙂

Laisser un commentaire