Pour recevoir le Guide des Mondanités, cliquez ici. C’est GRATUIT 

 

 

Vous voulez un guide efficace et rapide à lire ?

Vous souhaitez connaître immédiatement les clés pour sociabiliser ?

Vous désirez un enseignement pratico-pratique et non purement théorique ?

 

 

Pour recevoir le Guide des Mondanités, cliquez ici. C’est GRATUIT 

 

 

Le savoir-vivre, le protocole, la bienséance, les codes mondains, l’étiquette, la galanterie, les bonnes manières, et les usages s’apprennent.

On ne devient pas une lady ou un gentleman en une journée. Non. C’est un apprentissage qui dure au mieux plusieurs mois, et en général plusieurs années.

Mais il faut bien commencer quelque part. Et c’est là que ce Guide des Mondanités entre en jeu.

Il vous place dans la situation initiale : le début d’une interaction humaine. Cette interaction débouchera sur une amitié, sur une relation amoureuse ou peut-être sur une collaboration professionnelle. Avec un bon départ, on part gagnant. Avec un mauvais départ, on ne finit généralement même pas la course.

 

guide des mondanité savoir vivre étiquette coach en bonnes manières protocole guide mondanités

 

Dans ce Guide des Mondanités, vous trouverez 7 leçons de savoir-vivre pour briller en société.

 

En résumé, qu’apprendrez vous avec manuel de savoir-vivre ?

  • La première leçon vous ouvrira toutes les portes. D’ailleurs, si vous arrêtez la lecture après la page 8. Et surtout si vous appliquez cette grande leçon de vie, vous avez déjà gravi le premier échelon sur l’échelle des bonnes manières. Vous pouvez (presque) vous arrêtez là. Vous avez déjà dépassé 95% des gens autour de vous.

  • A la page 10, vous apprendrez 8 méthodes pour se souvenir réellement du prénom de vos interlocuteurs.

  • Vous obtiendrez également une liste de 31 ice-breakers. Ce sont des formules pour démarrer plaisamment une conversation avec des inconnues. Dites adieu aux silences gênants qui suivent le traditionnel « il fait beau aujourd’hui » !

  • Même si tout le monde est d’accord avec la sixième leçon, rares sont les personnes qui l’applique. Mais ceux qui ont suffisamment de sang-froid pour le faire sont les rois et les reines des mondanités. On s’arrache leur présence lors de soirées !

 

 

Pour recevoir le Guide des Mondanités, cliquez ici. C’est GRATUIT 

 

Dans les 2 minutes, vous allez recevoir un message de confirmation de la part d’Hanna Gas (c’est moi !). Vérifiez si ce message n’est pas dans vos spams.

Dès que vous confirmerez bien votre adresse de messagerie, le Guide des Mondanités vous est envoyé… dans la minute.

Hanna Gas coach bonnes manières auteur conférencière manuel étiquette usages convenances expert

Hanna Gas, coach expert en bonnes manières

Et dans les prochains jours, j’ajoute une série d’infographies exclusives pour continuer l’apprentissage de lady et de gentleman des temps modernes.

Pourquoi ?

Parce que je crois fermement qu’en consacrant 20 à 30 secondes par jour à une petite leçon de bonnes manières, on embellit notre vie et celles des autres. Et par l’effet boule de neige (ou l’effet papillon selon la formule que vous préférez), cette amélioration du civisme mondial reviendra à moi.

Gagnant-gagnant.

 

 

Téléchargez gratuitement

Le Grand Guide des Mondanités

7 leçons de savoir-vivre pour briller en société !

 

 Bonne lecture !

 

 

 

 

27 comments

  1. Lejard says:

    Bonjour Madame,
    Je relis de temps en temps vos conseils, car il est toujours bon de se rappeler le soin à porter à notre entourage. N’est-ce pas le but du savoir-vivre au bout du compte ?
    Aussi, génération oblige, j’ai remarqué quelques coquilles : l’une (combien de potage ? Potages prend un s comme « combien de fromages » également cité.
    J’en ai vu d’autres que je vous envoie si vous le souhaitez. Avec toute ma bienveillance
    Cordialement vôtre
    Monique-Marie Lejard

    • Hanna GAS says:

      Chère Madame,

      Oui, oui, oui ! Merci pour votre aide et pour vos remarques! Je profiterai volontiers de votre correction. Merci beaucoup !

      Amicalement,

      Hanna

  2. Alexandra says:

    Bonjour, tout d’abord merci pour les vidéos, elles sont pertinentes et enrichissantes. Mon fils termine la garderie cette année et j’aimerais offrir un cadeau a l’éducatrice, j’ai pensée lui offrir un vase en murano, qu’en pensez-vous ?

    • Hanna GAS says:

      Bonjour Alexandra,
      Offrir un cadeau à l’éducatrice est une bonne idée. Cependant l’idée du vase n’est pas la meilleure, à moins bien sûr que vous connaissiez les couleurs dominantes de son intérieur. Aussi beau que soit le vase, il pourrait ne pas correspondre à sa décoration de maison. Je vous laisse juge de la situation.
      Amicalement,
      Hanna

    • Hanna GAS says:

      Bonjour,

      Alors votre formulation de la question y répond déjà : Non, il est inconvenable de glisser des « ok » toutes les 5 minutes. Vous avez raison. Cependant, dans la société actuelle (société hyper-connectée), il est préférable de répondre par « ok » à un mail, un sms ou un appel que de ne pas répondre du tout. La non-réponse de nos interlocuteurs est un immense problème. Cela frustre et agace grandement. Donc, il est conseillé par les bonnes manières de répondre brièvement (un « ok » par exemple) plutôt que de ne pas donner de réponse du tout. D’où le devoir que nous avons de nous « contenter » du « ok ». Faute de mieux…
      Bien à vous,
      Hanna

  3. Samuel says:

    Bonjour Madame,

    j’aimerais apprendre les règles de savoir-vivre qui concernent le port du chapeau pour les hommes.
    En effet j’aime porter un chapeau ; suivant le temps : un melon, un borsalino ou un panama.

    Mes questions concernent :
    – les lieux : où porter le chapeau, et, au contraire, où se découvre-t’on ?
    – la manière : comment saluer une dame/ un homme ? (simple toucher du rebord, ou doit-on soulever complètement le chapeau ?)
    – l’usage : que faire de son chapeau quand l’on se découvre à table, en cocktail, dans une église ?

    Bien cordialement,

    Samuel

    • Hanna GAS says:

      Bonjour Samuel,

      Ah ! La question du chapeau ! Voilà 2 ans que je repousse la publication de l’article que j’ai écrit à ce sujet. C’est un sujet délicat, et les rédacteurs des manuels de savoir-vivre se contredisent entre eux.
      Je vais essayer de répondre à certaines de vos questions :

      1/ La difficulté consiste en cela : autrefois, tous les hommes portaient un chapeau au quotidien. C’était la norme. Il suffisait donc de préciser dans quels lieux et circonstances, il fallait se découvrir. Aujourd’hui, la tendance est radicalement différente. Vous le savez surement (pour le vivre au quotidien), le port du chapeau est extrêmement rare pour les hommes comme pour les femmes.
      Les mœurs ont changé donc les codes aussi.
      On porte le chapeau à l’extérieur. Dès que vous rentrez dans un lieu couvert (sauf synagogue), vous devez vous découvrir.
      Imaginons une garden party : vous vous découvrez sur le palier. Puis, soit vous posez le chapeau au vestiaire, soit vous le tenez à la main jusqu’à arriver au jardin de vos hôtes où vous le remettez. Vous l’ôtez lorsque vous faites la bise.
      2/ Les salutations : le fait de simplement toucher le rebord de son chapeau sans le soulever réellement est un geste aristocratique. L’aristocrate qui se promène sur ses terres et visite ses métayers fait ce geste, alors que les paysans ôtent complètement leur casquette.
      Ce geste marque donc une « hiérarchie » sociale.
      Aujourd’hui, on peut transposer ce geste de toucher du rebord à un salut muet de loin (+de 5 mètres, s’il fallait quantifier la distance). A partir du moment où vous allez échanger un mot, il convient d’ôter le chapeau.
      Autrefois, vous le gardiez à la main durant toute la durer de la conversation. Aujourd’hui, il suffit de le soulever et de le remettre. Si vous saluez un « grand » (patron, grand-mère adorée, membre de la famille royale…), vous ôtez le chapeau, vous le descendez jusqu’à votre taille, puis vous le remettez. Cette « révérence » du chapeau marque votre respect pour l’interlocuteur.

      3/ Où poser son chapeau :
      A l’église : sur le banc
      A un mariage : dans un grand mariage, il y a souvent un fil à chapeaux pour les femmes (on y accroche son chapeau avec une belle pince à linge, qui est déjà fournie sur le fil). Pour les hommes, ils peuvent en profiter, où alors il faudra le poser au vestiaire (on le garde pour le vin d’honneur, et on le pose avant de passer à table)
      Lors d’un cocktail : on respecte la règle intérieur/extérieur. Et donc on le pose au vestiaire, ou s’il n’y en a pas, sur une chaise avec les sacs des femmes. Autant on peut poser un sac de femme (sauf les pochettes) par terre, autant on ne peut pas poser un chapeau par terre. C’est comme un livre ou un drapeau, on ne le pose jamais à même la terre par respect pour ce que cela symbolise (livre = le savoir, drapeau = la patrie, couvre-chef = l’intelligence). Imaginez un casque par terre : casque de guerrier (= il a été vaincu), casque de motard (= accident)…
      Accrochez le chapeau à une patère si possible.

      Veuillez me pardonner cette réponse assez longue. J’espère que vous y trouverez des éléments pratico-pratiques pour votre vie.
      Bravo pour le port de chapeau au quotidien : c’est d’un grand chic ! et d’une grande audace !

      Amicalement,

      Hanna

  4. wagner says:

    Bonjour Madame, j’ai un problème, je déteste serrer la main des personnes qu je rencontre et c’est souvent très mal pris. Je trouve qu’une femme ne doit pas serrer une main, ni d’un homme, ni d’une femme. Ai-je tort ou raison?
    Merci de m’aider je ne trouve rien concernant ce sujet.

    • Hanna GAS says:

      Bonjour,

      En effet, cette situation est assez rare.
      Le fait de refuser la bise, je comprends. Mais le fait de ne pas vouloir serrer des mains est… très vieux-jeu. Cela est un parti-pris qui l’on retrouve dans Autant en emporte le vent 🙂

      Vous n’avez ni tort ni raison.
      Comment compenser ce non-geste qui pourrait être pris pour de l’irrespect?
      1/ sachez qu’à partir de 7/8 personnes, on est dispensé des embrassades individuelles. Une salutation collective suffit. Ayez donc un petit retard pour ne pas vous retrouver parmi les premiers invités.
      2/ Marquez votre salutation (sourire, geste de la main, inclinaison de tête…) de façon assez prononcée, voire ostentatoire. Il ne faut pas que le salut passe inaperçu.
      3/ Enchaînez immédiatement avec un sujet de conversation, pour ne pas qu’il y ait de blanc après votre non-geste. Votre autorité à faire cela coupe court à toute critique. C’est vous et votre charisme qui définissez les règles.
      4/ solution de la Reine : porter des gants 🙂

  5. Joubert Aristhène says:

    Bonjour Madame! J’essaie de profiter du guide mais à chaque fois on me demande de confirmer mon abonnement ce que j’arrive pas à comprendre.Merci de votre aide

  6. Ramage says:

    Bonjour,

    Je vous remercie de bien vouloir m’aider à résoudre le problème suivant:
    Je dois souvent faire des courriers professionnels à des femmes mariées, faut-il s’adresser à celles-ci comme suit
    Mme prénom de la personne suivi du nom du mari, ou
    Mme prénom et nom du mari?
    Selon le code civil, une femme n’est pas obligée de prendre le nom de son époux, mais quand est-il des usages?
    Merci beaucoup pur votre aide

    M-laure Ramage

    • Hanna GAS says:

      Bonjour,
      Dans le cadre professionnel, c’est la 1ere option : Mme Prénom de la personne suivi de son nom (si vous ne savez pas si elle a pris le nom de son mari ou pas, mettez le sien).
      Le fait de « cacher » une femme derrière le prénom de son mari (ex: Mme Vincent Dupont) est davantage un usage de la vie privée (invitation pour un mariage).
      Dans le cadre professionnel, on applique aujourd’hui les règles de l’administration : les femmes portent leur nom de jeune fille. Si elles ont spécifiquement annoncé avoir pris le nom de leur mari, alors ce sera Mme Carine Dupont.
      J’espère vous avoir aidé.
      Amicalement,

  7. Vincent says:

    Bonjour Madame,

    J’ai récemment demandé à ma petite amie (qui ne l’est que depuis très récemment) où elle souhaiterait passer ses vacances.

    Elle m’a répondu qu’un gentleman devrait savoir quoi lui proposer.

    Or je ne sais pas… La mer ? Oui mais laquelle ?
    Tout semble aller de soi pour elle, mais pas pour moi et il me semble qu’elle attend surtout que je m’occupe de tout… Or j’ai peur de me tromper…

    Que faire pour minimiser les risques sans la « sonder » de manière trop évidente ?

    • Hanna GAS says:

      Bonjour,

      Ah ! Les femmes !
      C’est une erreur que nous faisons que trop souvent : supposer que notre amoureux va lire dans nos pensées.

      Faites ce que vous avez suggéré : « vous occuper de tout ».
      Selon qu’elle soit sportive (Atlantique) ou farniente (Méditerranée), choisissez la destination. Mais ce n’est pas cela qui importe. Il me semble que votre bien-aimée veuille avant tout se sentir dorlotée et prise en charge durant vos vacances.
      Je vous suggère donc de préparer un programme complet : hôtel, activités, resto, bar pour un verre en terrasse, balade main dans la main au coucher du soleil, etc.
      Préparez cela sur une grande feuille A3, une colonne par jour, mettez des couleurs et des illustrations, déroulez-lui devant comme le ferez un architecte avec les plans d’une maison devant ses clients… Expliquez tout (et enfoncez-vous dans les détails : ici, randonnée, ici baignade, ici glace au caramel au beurre salé, ici lecture du best-seller de l’été, ici on va danser, ici on va admirer le coucher du soleil, ici on va boire un café, ici on va faire des mots croisés devant la piscine, ici on va déguster une crêpe au chocolat…)
      Ajoutez fièrement : « Voilà ! C’est le programme ! Bien entendu, sens-toi libre de modifier ce que tu veux maintenant ou sur place selon tes envies ».
      L’idée est qu’elle se sente complétement prise en charge dès à présent. Qu’au final vous ne fassiez que 10% du programme ne compte pas. L’important est qu’elle sente que vous avez longuement travaillé à imaginer de superbes vacances en couple. C’est une vague d’amour pour elle, ça !
      Au final, peu importe la destination. Vos préparatifs sont déjà 80% du bonheur.

      Plus elle sentira que vous vous êtes creusé la tête et investi dans ce programme (« je me suis renseigné sur ce restaurant : il sert les meilleurs poissons de la région ! » – personne n’ira vérifier si vous vous êtes renseigné, et personne ne contestera si oui ou non c’est le meilleur resto)… et plus elle sera comblée.

      Amicalement,

      Hanna

  8. Lapointe Sylvie says:

    Bonjour Madame Gas,

    Je suis très passionnée par tout ce qui est savoir-vivre, savoir-être, politesse, étiquette, etc. J’aimerais avoir des formations pour pouvoir enseigner par la suite aux enfants et adolescents. Le problème est que je suis au Québec (Canada) et il est très difficile d’avoir ce genre de cours de bienséance. Il a l’école internationale de protocole et étiquette pour les gens d’affaire mais pas vraiment (du moins pas à ma connaissance) sur ce que je recherche. Peut-être pourriez-vous me guider sur les démarche à suivre afin d’arriver à pouvoir transmettre ma passion.

    Merci de votre réponse à l’avance

  9. Lux says:

    M-L Ramage demande ; » Je dois souvent faire des courriers professionnels à des femmes mariées… »
    Désolée chère Hanna de me mêler de cette conversation…

    Tout simplement je signale à cette dame que pour l’administration, le seul nom officiel pour nous désigner de la naissance à la mort c’est : notre nom de naissance (notre nom de jeune fille) depuis le printemps….2012. En effet c’est seulement cette année-là que nos hommes politiques ont décidé d’acter officiellement la façon de nous désigner, précédé de « Madame ».

    Depuis 2012,nous n’avons plus de question à nous poser : quel nom indiquer ?
    Le nom de naissance prime…et toutes les femmes sont appelées « Madame ».

    Bonne soirée mesdames ! (puisque officiellement on ne devrait plus dire « Mademoiselle », ou « Madame » en France…)
    Rions

    Betty

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.