Alma Deutscher – Lady compositrice : exemple réel d’une jeune Lady des temps modernes

 

Voici un magnifique article rédigé par Edwige, lectrice du blog.

C’est le portrait d’une jeune fille bien réelle, Alma Deutscher, qui vit à notre époque et qui a décidé de s’élever. Alma Deutscher est inspirante, non seulement pour son don musical, mais pour les choix qu’elle fait.

Ce choix de contribuer à créer du Beau autour de nous peut être fait par chacun d’entre nous, indépendamment de nos talents artistiques ( ou de leur absence).

 

 

Alma Deutscher – lady compositrice

Rédactrice invitée – Edwige

(Lien vers le compte Instagram d’Edwige. Son compte est plein de douceur, de délicatesse et de poésie.)

 

Chers lecteurs et lectrices,

 

Je propose ici de vous dresser le portrait d’une jeune compositrice anglaise vivant à Vienne, qui me semble correspondre parfaitement aux critères d’une lady. Il s’agit de vous donner des exemples concrets de personnalités dont la distinction, le langage et le mode de vie inspirent une certaine élégance qui correspond à la communauté des lecteurs de ce blog.

Je ne peux évidemment pas présager de la manière dont cette jeune personne continuera sa vie, et j’écris sur ce qu’elle est actuellement en 2020. Le lecteur qui tombera sur cet article dans les archives d’internet en 2040 me pardonnera.

 

 

Alma Deutscher est une compositrice de musique classique âgée de quinze ans, également violoniste et pianiste. Invitée sur les scènes les plus prestigieuses comme le Carnegie Hall de New York ainsi que sur de nombreux plateaux télés, la précocité de son talent et le caractère particulièrement mélodieux de ses compositions ne passent pas inaperçus dans le monde anglophone. Pourtant, elle est loin d’être la seule enfant prodige à composer et à jouer merveilleusement bien. C’est une autre caractéristique qui attire l’attention … c’est une jeune lady ! Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

 

Tout d’abord, les œuvres d’Alma sont un choix musical à contre-courant des compositions contemporaines, ce qui lui a valu de nombreuses critiques. Particulièrement attachée au beau et au mélodieux, la jeune femme a fait de son travail un plaidoyer contre la dysharmonie des compositeurs classiques actuels, dont le but, dit-elle, est de refléter la laideur du monde. Ainsi, Alma entame une nouvelle ère dans la composition du 21e siècle, une sorte de romantisme réactualisé. Voici ce qu’elle a déclaré dans une de ses vidéos :

 

« Laissez-moi vous dire un secret : je sais déjà que le monde est complexe et peut être très laid. Mais je crois que ces personnes sont juste un peu confuses : si le monde est si laid, à quoi cela sert-il de le faire encore plus laid en composant des musiques laides ? {…} Si vous voulez savoir à quel point le monde est laid, vous n’avez pas besoin d’assister à mes concerts, vous n’avez qu’à allumer la télévision et regarder les informations ! {…} Je veux écrire de la belle musique, une musique qui ferait du monde un monde meilleur. »

 

 

Les compositions d’Alma Deutscher sont, en effet, toujours mélodieuses et empruntes d’un sens de l’élégance qui n’appartient quasiment plus à ce monde. Pourtant, Alma reste bien ancrée dans son époque, qu’elle a à cœur d’embellir. Ainsi, une de ses dernières compositions se nomme « La valse des sirènes ». Il ne s’agit pas des sirènes créatures de l’eau, mais bien des sirènes de police et de pompiers qu’elle a entendu à Vienne. À partir de sons qui ne sont pas particulièrement mélodieux, Alma a donc composé une valse digne de Strauss. Je vous laisse apprécier la transition de la cacophonie à l’harmonie, à 04:00 de la vidéo. Fermez les yeux quelques minutes, et imaginez-vous dans le monde des valses viennoises, des grandes robes et de Sissi l’impératrice.

 

 

 

À ce stade de l’article, si vous avez été curieux et avez écouté plusieurs de ses compositions, vous avez certainement dû remarquer la garde-robe de concert et de tous les jours de notre jeune lady : des robes, des robes, des robes, et encore des robes. En été, en hiver, à la maison, sur scène, partout. C’est en effet l’élégance qui caractérise Alma, en dehors de son talent pour la musique. Si vous parlez anglais ou allemand, vous remarquerez également que sa manière de parler est particulièrement articulée, et parfois lente, je suppose, pour mieux choisir ses mots. Sa distinction passe aussi par celle du langage. Jamais de gros mots, de vulgarité ni d’approximation (truc, chose, machin). Cela n’exclut pas, cependant, d’avoir de l’humour. Ainsi, notre jeune lady se plait à raconter des anecdotes sur la vie de ses compositeurs préférés, comme celle-ci où elle explique que Beethoven faisait exprès d’écrire des mélodies pour piano impossibles à jouer pour faire rager les prétentieux de la cour.

 

 

À ceux qui croiraient que l’élégance et la féminité s’accompagnent généralement d’un effacement de la personnalité et d’une timidité naturelle ou travaillée, j’enjoins de regarder le documentaire de la BBC sur la création de son opéra Cendrillon. Lors des répétitions d’orchestre, notre jeune compositrice fait preuve d’une qualité qui se nomme, pardonnez l’anglicisme, l’assertivité. À chaque fausse note, à chaque interprétation qui ne lui correspond pas, elle arrête sans vergogne le chef d’orchestre ou corrige directement le musicien en question (vers 31 minutes de la vidéo). Le plus naturellement du monde, avec beaucoup de gentillesse, mais fermement et sans en démordre. Remarquez comme le chef prend toujours en compte ses remarques, et à quel point personne ne met en doute ses propos.

 

 

Enfin, Alma est une lady des temps moderne, qui repense le rôle de la femme dans notre société contemporaine. Ainsi, dans son opéra, Cendrillon n’attend pas patiemment que le prince charmant vienne la délivrer de sa marâtre. Dans l’histoire revisitée, le Prince est un poète et Cendrillon une compositrice. Ce n’est pas la chaussure qui doit convenir au pied de la belle, mais la mélodie qui colle au texte. Seule la jeune femme capable de continuer la mélodie que le Prince a entendu au bal serait l’élue de son cœur. Une nouvelle fin pour cette belle histoire d’amour, où la créativité se fait aussi femme.

 

Alma est la preuve vivante qu’il est encore possible d’être une lady au 21e siècle, sans avoir jamais connu les rigueurs des écoles de maintien, et sans adhérer à une image rétrograde de la société moderne. Elle est l’espoir que le goût du beau, de l’élégance, de la féminité et de l’intelligence soient encore d’actualité pour plusieurs années à venir. Et ces qualités, chers lecteurs, peuvent se trouver en chacun d’entre nous.

 

 

 

 

 

 

2 comments

  1. Mélanie M. says:

    Quelle magnifique découverte très chère Hanna. Cette jeune fille est une véritable lady. Elle a quelque chose de sublime en elle, une âme sublimée par temps de beauté.

    Merci à Edwidge pour cette rédaction et à vous pour ce partage.

    Affectueusement
    Mélanie M.

  2. Cervera Christiane says:

    Je crois avoir laissé un commentaire déjà ?
    Cette jeune prodige a un cap à passer avant de devenir vraiment elle même.
    Beaucoup d’inspirations diverses et un don d’interprète au piano assez extraordinaire.
    Elle devrait aller loin.
    Merci de nous l’avoir fait connaître.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.