Cocktail informel ou semi-professionnel : comment démarrer et stopper une conversation ?

cocktail informel usages tradaition buffet prix échanges ice breaker contact client savoir-vivre travail bureau

 

Le titre de l’article annonce la couleur : le cocktail informel n’existe pas. Ou alors il s’appelle un verre entre amis. Si nous prenons la peine d’y accoler le mot « informel », c’est pour vous mettre en garde. Vous êtes observés ! Vous faites du networking, de la prospection, du contact clients, du serrage de main, une campagne de séduction, etc. Rien n’est innocent.

Lors de ces cocktails semi-professionnels, il y a des règles à suivre.

Ne pas boire trop d’alcool (vous le savez), se mêler à la foule des inconnus (si c’est pour rester entre amis, allez directement à l’anniversaire de votre cousin), ne pas proposer un karaoké pour détendre l’atmosphère (elle est déjà détendue… ou alors tout le monde fait semblant qu’elle l’est).

 

Lors d’un cocktail : comment démarrer ou stopper une conversation ?

 

  • Conseil #1

Téléchargez le Guide des Mondanités en inscrivant votre prénom et votre email dans le formulaire qui se trouve dans la marge de droite. Dans les 5 minutes, vous recevrez directement sur votre messagerie une liste de 30 ice-breakers pour démarrer une conversation avec humour et intelligence. Vous devez rester mémorable pour les bonnes raisons.

Si c’est pour sortir des banalités comme « il fait chaud ici », « c’est sympa comme salle », « on devrait faire ça plus souvent »… il vaut mieux se taire.

 

  • Conseil #2

Dans ce genre de cocktail informel, 75% de la population se trouve sur 25% du territoire. Et non, je ne parle pas des toilettes des femmes, ni du trottoir de la rue pour fumer une cigarette. Je parle du buffet.

C’est comme lors des vins d’honneur des mariages. De 18h à 20h, la famille et les amis se saluent et posent pour les photos, et les n+1 font connaissance autour du buffet. Cet été, cela m’est arrivé plusieurs fois. Mon mari officiait et, moi, je mangeais. (Je ne vais pas me plaindre : 1/ les petits fours étaient excellents ! et 2/ la compagnie très sympathique). Dans ces cas-là, le meilleur ice-breakers outre « goûtez celui au foie gras, c’est le meilleur » est « vous êtes du côté du marié ou de la mariée ? ».

Ok, donc pour en revenir au cocktail semi-professionnel : rendez-vous directement au buffet. C’est là que se trouve les personnes à rencontrer. La faim en fin de journée égalise un patron et un chasseur de tête. Les deux se trouvent près des tapas.

 

  • Conseil #3

Si vous vous excusez auprès de votre interlocuteur avec le prétexte d’aller saluer une connaissance… et que vous ne connaissez personne. Un coup d’œil de ce dernier sur vous dans les 5 minutes lui fera comprendre qu’il est ennuyeux. Pas top comme sortie.

Lui proposer d’aller vous restaurer au buffet ou de lui ramener quelque chose ne sont pas non plus des solutions car cela vous oblige à revenir. Et si vous vous trouvez déjà à 50 cm du buffet (une place chère pour laquelle il a fallu se battre ! Bravo à vous !), vous aurez l’air malin.

Pour mettre fin à une conversation, il est d’usage de donner sa carte de visite. Cela clôt l’échange… selon les manuels de savoir-vivre au travail. Dans les faits, en France, le dégainage de cartes de visite n’est pas un automatisme.

L’astuce de nombreux commerciaux est à retenir. Ce n’est pas la solution idéale, mais elle dépanne. Ils prétextent un appel ou un texto à passer, s’écartent, et fond semblant de téléphoner ou d’écrire un sms, puis ils reviennent et en profitent pour parler à quelqu’un d’autre.

Vous pouvez également dire : « je vous prie de m’excuser il y a encore une personne à qui je souhaiterais parler ce soir ». C’est une formule suffisamment neutre pour partir directement, ou tenter de sympathiser avec quelqu’un d’autre. Votre premier interlocuteur ignore vos rapports avec le second.

 

 

Laisser un commentaire