Comment servir le thé ? Leçon d’étiquette en 11 points

ivitation à prendre un thé café quelle heure durée visite maîtresse de maison goûter 16h ou 17h five o'clock thé anglais earl grey british

Une invitation à prendre le thé est bien plus que la consommation d’une boisson chaude avec des amis. Cela traduit un véritable art de vivre à la française (et encore plus à l’anglaise). Le savoir-vivre révèle toute la saveur du thé comme le disent les esprits poètes.

 

L’art de bien servir le thé en 11 leçons :

  1. Une invitation à prendre le thé signifie une arrivée à 17h. Pas de retard cette fois. Le quart d’heure diplomatique est déjà trop. Le goûter est une fenêtre temporelle très brève au cours de la journée. Souvent lorsqu’il y a des enfants, cette fenêtre est décalée à 16h. Let’s have our five o’clock at 4.
  2. Pour une invitation à prendre le thé, ne vous éternisez pas. Ne restez pas plus de deux heures chez vos hôtes. Une heure et demie semble un bon timing. C’est ni trop, ni pas assez. Levez-vous pour partir. Ce n’est pas à la maîtresse de maison de vous chasser. Même si par politesse, elle tentera de vous retenir pour le dîner, il convient de partir.
  3. Le thé, aussi appelé « l’élixir de l’immortalité » dans les écrits chinois, ou « herbe divine » se sert au salon et non dans la salle à manger.
  4. La maîtresse de maison prépare préalablement un plateau avec le sucrier (pas de sucre en sachet), une soucoupe/assiette avec des rondelles de citron, des cuillères, et un petit pot de lait froid (rare en France). Elle y dispose également les tasses sur leurs soucoupes. Il ne faut rien empiler. Faites plusieurs voyages au besoin. Si dans votre château, vous avez une table roulante, c’est l’occasion de s’en servir. Sinon un plateau sur la table basse du salon fera l’affaire. A l’arrivée des invités, tout cela est déjà en place dans le salon.
  5. Dès l’arrivée du premier invité, ébouillantez la théière. Installez confortablement vos amis au salon. Veillez à ce qu’ils aient une table ou un guéridon près d’eux pour reposer leurs tasses. Infusez le thé en suivant. Il s’agit toujours de thé noir. Earl Grey est un sans-faute. Pas de thé en sachet si possible. Ou alors, veillez bien à ne pas laisser pendouiller de la théière les ficelles disgracieuses.
  6. Présentez la tasse sur sa soucoupe à votre invité de la main gauche, et servez avec la théière dans la main droite. Une fois la tasse remplie, donnez-la. Cela évite des éclaboussures, ou pire des brûlures.
  7. Une fois tout le monde servi, présentez les gâteaux. Placez à côté de chacun une assiette à dessert avec une fourchette et une serviette (serviette au format cocktail). Ne faites pas « circuler » les assiettes. Donnez-les de main à main si vous manquez de place (le château sera pour dans… 30 ans). Les gâteaux doivent déjà être découpés en parts. Chacun se sert individuellement.
  8. Ne soufflez pas sur le thé, n’y rajoutez pas d’eau froide.
  9. Soulevez la tasse avec la soucoupe. Si vous avez ajoutez du sucre, veillez à stabiliser la cuillère sur la soucoupe. Il est hors de question de boire avec la cuillère dans la tasse.
  10. Buvez sans bruit et à petites gorgées.
  11. Ne levez pas le petit doigt.

 

 

Bonnes manières : comment servir le thé ? – conclusion

 

Avec toutes ces règles, on pourrait penser que servir le thé n’a rien d’un moment de détente. Mais détrompez-vous, c’est l’un des meilleurs moments de la journée 🙂

 

 

5 comments

  1. Mely says:

    Bonjour Hanna,
    Merci pour ce rappel ! J’adore le tea-time, surtout depuis l’époque où je vivais en Angleterre, et j’aime perpétuer cette tradition 🙂 Avec du thé noir anglais et toutes sortes de petits gâteaux faits maison et tout à fait anglais aussi (vous trouverez plusieurs recettes de tea time sur mon blog) Grâce à votre, article, on est sûr de ne rien oublier. Le plus délicat est le temps que cela dure. Il y a des personnes qui respectent parfaitement le délai que vous précisez, mais il y en a d’autres que j’avoue éviter d’inviter car j’ai toujours peur qu’elles s’incrustent pour le dîner. Je suis libre les après-midis mais mon amoureux rentrant vers 19h30 tous les soirs et fatigué, je doute qu’il apprécie forcément des invités surprises, et moi non plus, j’aime recevoir, mais quand c’est prévu…
    Très belle journée.

  2. Mely says:

    D’ailleurs, je voulais vous demander, en parlant du moment si délicat du départ (cela pourrait faire l’objet d’un article futur d’ailleurs :)) comment, en tant que lady, conseillez de vous « débarrasser » des invités un peu trop à l’aise chez vous qui ont du mal à partir ? (le balai doit être un classique démodé je suppose ;)) Ce n’est pas du tout dans le but de le mettre en pratique, j’adore recevoir, et je n’ai jamais réellement été confrontée à ce souci. Mais au cas où, c’est toujours bien d’avoir des techniques, pour être subtil, et ne pas froisser… Pour l’anecdote, j’ai une excellente amie, pleine de belles qualités, qui a malheureusement le défaut de ne pas savoir partir… même dans les lieux publics ! Récemment, nous sommes allées déjeuner, et à la fin, j’avais précisé devoir faire des courses avant de rentrer chez moi, eh bien, elle m’a tout simplement suivie dans le supermarché (jouxtant le restaurant japonais où nous avions déjeuné) en me regardant faire mes courses alimentaires, c’était très bizarre ! Je suis toujours la première à prendre l’initiative de partir lorsque nous passons un moment ensemble alors qu’avec mes autres amis, c’est naturel, chacun sait quand le même est venu, où quand il est rappelé par ses obligations. De ce fait, je n’ai osé l’inviter chez moi pour un thé qu’une seule fois, et j’avais une stratégie « test » : celle de l’inviter un jour de semaine où j’avais, le soir, une activité sportive hebdomadaire, ce qu’elle savait. Ainsi, si elle ne partait pas d’elle-même, j’avais l’excuse de devoir moi-même m’en aller. Je l’ai invitée de mémoire pour 16h30, et mon activité commençait à 19h. J’ai attendu pour voir, si comme je l’espérais, elle partirait pour 18h30 au grand maximum, pour me laisser au moins le temps de me préparer avant de partir… eh bien non, malgré mes petits sous-entendus (« Je vais doucement aller m’habiller… ») elle est partie en même temps que moi, après que je me sois changée, et qu’une fois moi-même sortie de ma propre maison vers ma voiture… Pour le coup, heureusement que ce n’était pas une simulation ! Voilà, c’est juste une petite anecdote pour montrer comme certaines personnes peuvent être… hum, collantes ? Cela ne les empêche pas d’être humainement très bien, mais ce manque de bon sens me dépasse un peu, d’autant que je suis un peu trop gentille, et n’ose pas faire de remarque… Peut-être suis-je trop à cheval sur les règles, ou simplement trop indépendante pour m’éterniser comme certains savent le faire (ou alors je suis de si agréable compagnie qu’on ne peut me quitter facilement, ah ah ;)) mais j’aimerais beaucoup avoir votre point de vue et votre expérience sur la question !
    Ah, je critique, mais je me rends compte que moi-même je suis en train de vous tenir la jambe avec ce pavé, donc je vous laisse en vous souhaitant une excellente soirée !

    • JeuneLady says:

      Chère Mely,
      J’ai bien ri et surtout je me suis retrouvée dans ce que vous dites. Dans toutes les étapes à vrai dire !
      La stratégie des sous-entendus, l’invitation avec notre propre départ à une heure déterminée, l’invitation en ville pour que le goûter ne se prolonge pas en dîner… avec certaines personnes rien ne fonctionnent ! J’invite aussi des groupes d’amis en espérant que la personne parte en même temps que les autres. Cela ne fonctionne pas non plus. Je bâille de façon grossière et ostentatoire en soulignant la dure journée qui m’attend le lendemain. Rien. La personne est hermétique à mes signaux.
      Je gage que vous êtes d’excellente compagnie et qu’il doit être très difficile de se séparer de vous 🙂
      Le conseil de Nadine de Rothschild aussi poli soit-il est totalement inefficace en 2016 (à mon avis). La baronne préconise pour signifier l’heure de départ à ses invités de reproposer un jus de fruits. Ainsi après le café et les tisanes, si la maîtresse de maison propose du jus de fruit, c’est le signal clair qu’il faut partir. Au mieux, refusez et partez immédiatement ; au pire acceptez, buvez en 5 min, et déguerpissez aussitôt après. Je crains que pour quelqu’un qui ignore cette pratique, le jus de fruit ne soit un prétexte à enchaîner avec la soupe à l’oignon de 3h du matin, puis le petit-déjeuner du lendemain en suivant. 😉
      La solution idéale ? Je l’ignore encore. Je vais creuser cette réflexion. Espacer les rencontres est sans doute une solution temporaire, mais bon… faute de mieux, c’est pour le moment ce que je fais à titre personnel.
      Bon chance !
      Et si vous avez trouvé la méthode magique, je suis la première à la demander !
      Bonne journée 🙂

Laisser un commentaire