Nadine de Rothschild : leçon pour mettre fin à une conversation

politesse étiquette protocole bienséance nadine de rothschild mettre fin à conversation discusion cour royale reine anecdote

Une fois de plus, je vais partager avec vous une leçon d’étiquette enseignée par la baronne de Rothschild. Cette fois, il est question de l’art de mettre fin à une conversation.

Ce n’est pas facile, nous le savons tous.

Une rencontre inopinée dans la rue avec une amie de fac perdue de vue, un échange mondain lorsque vous êtes le +1 de quelqu’un et que vous ne connaissez personne lors d’un cocktail, une réception officielle où vous serez présentés à un dignitaire.

Il ne faut surtout pas terminer par un silence gênant qui traduit l’ennui, ni par une grossière excuses cousues de fil blanc. Il faut être « juste ».

C’est plus facile à dire qu’à faire.

Voici ce que nous livre Nadine de Rothschild sur le sujet.

 

L’art de mettre fin à une conversation par Nadine de Rothschild :

 

La baronne commence par nous conter une anecdote de ses mondanités dans les cours du vieux continent.

 

« Avant d’être reçue par la souveraine d’une cour européenne, je demandai au chef du protocole :

— Comment saurai-je que la reine veut mettre fin à la conversation ?

— Ne vous inquiétez pas, me répondit-il. Lorsque Sa Majesté retournera sa main, la paume en l’air, sa dame de compagnie (the waiting lady) s’avancera pour vous raccompagner. »

 

Nadine de Rothschild livre enfin sa leçon :

« Quelle que soit la personne avec laquelle on entame une conversation, il importe de savoir y mettre un terme au moment opportun. Il vous suffit d’être attentif, de détecter chez votre interlocuteur le premier mouvement d’impatience, un pied qui bat la mesure, une main qui pianote, un œil qui lorgne la montre. Autant de signes qu’il convient d’interpréter immédiatement : il est temps de clore l’entretien. »

Extrait du paragraphe : Savoir mettre fin à une conversation p.176, du livre Le Bonheur de séduire, l’art de réussir – Le Savoir-vivre au XXIe siècle, de Nadine de Rothschild, édition Laffont, 2001

 

Laisser un commentaire