Quels sont les règles de base lorsqu’on offre des fleurs ?

offrir fleurs nadine de rothschild, art de vivre à la française, langage fleurs, rose rouge couleur passion, fleurs jamais offrir

Dans cet article, il n’est pas question du langage des fleurs. Cela est encore une connaissance trop avancé pour le moment. J’espère me pencher sur la question prochainement. Ici, il s’agit simplement d’énumérer les règles de base lorsqu’on offre des fleurs.

 

Les 5 informations cruciales à maîtriser pour offrir des fleurs :

 

Mesdames et messieurs, avant d’offrir un bouquet de fleurs, familiarisez-vous avec ces quelques règles de bienséance.

  1. A un dîner mondain, il ne faut pas arriver avec des fleurs, contrairement à ce que l’on pense (et pratique) souvent. En effet, cela obligerait la maîtresse de maison à courir chercher un vase alors que d’autres tâches de réception la requièrent. Le bouquet de fleurs se fait porter avant la réception ou le lendemain.

Cette règle est valable pour les dîners très mondains, pour les dîner entre amis du samedi soir, les fleurs sont les bienvenues (aujourd’hui).

  1. Il convient d’offrir un nombre de fleur impair. Cette règle est valable surtout pour les roses et en dessous de 12. Lorsque vous offrez plus d’une douzaine de roses/fleurs le nombre peut être pair. Il s’agit non de superstition mais d’esthétisme. Imaginez offrir une rose ou trois… joli ! Mais pas deux ou quatre… bizarrement c’est « moche ».
  2. Lorsque vous connaissez mal le langage des fleurs, choisissez des teintes pâles. Retenez donc, dans le doute, optez toujours pour des couleurs clairs, pastel, et sobres.
  3. Règle capitale de savoir-vivre: n’offrez jamais de roses rouges à une jeune fille. C’est la couleur et la fleur de la passion. Aujourd’hui un fiancé peut offrir ces fleurs à sa fiancée, mais il est aussi bien d’attendre le mariage. Un bouquet de roses rouges est un excellent cadeau de Saint Valentin pour les époux. Les amoureux (non mariés) peuvent offrir à leur amoureuses un bouquet de fleurs rouges (sans rose)… oui, je sais, cette règle ne correspond pas vraiment avec les nouveaux modes de vie du XXIe siècle. C’est vieux-jeu, romanesque ou… inacceptable selon son interlocuteur.
  4. Il existe deux types de fleurs qu’il ne faut surtout pas offrir. En premier lieu, citons les œillets blancs réputés pour porter malheur. Et en deuxième position de la blacklist des fleurs à ne jamais envoyer se trouvent les chrysanthèmes associés à la mort.

 

 

Offrir des fleurs reste un acte d’une grande élégance à notre époque. Les fleurs sont encore l’un des symboles du chic et de l’aristocratie. Oui, oui. Peut-être est-ce en raison de leur caractère périssable, inutile, voire frivole. En effet, en caricaturant, nous pourrions dire que les fleurs ne servent à rien. A embellir, certes. Mais offrir des fleurs à quelqu’un n’a pas d’autre but que de faire plaisir. Ce n’est pas un cadeau utile.

Le côté esthétique et superficiel des fleurs leur accorde une entrée dans le mode du luxe.

Les hommes ont du mal à comprendre l’attrait des femmes pour les fleurs. Vous le voyez dans le spectacle Les Hommes viennent de Mars, les Femmes de Vénus, de Paul Dewandre (une adaptation du livre de John Gray). Un homme trouve plus de logique d’offrir des fleurs en pot à sa bien-aimée. Selon lui, cela traduit mieux le message : « je t’aime pour toute la vie » et pas « je t’aime jusqu’à ce que ces fleurs se fanent ». Scène bien drôle !

 

Les fleurs sont un moyen simple (et pas si cher que cela) d’élever le niveau. Une soirée ou un cocktail semble plus élitiste, plus chic, plus exclusif lorsqu’il y a des fleurs. Un palace 5 étoiles le sait bien. Personne n’y discute le budget fleurs. C’est un impératif.

Pour orner une table de baptême, de mariage ou d’anniversaire, il suffit de quelques fleurs.

Les fleurs ont la même « fonction » dans une relation amoureuse : elle élève le niveau de bonheur. Elles embellissent. Elles charment. Elles rendent heureuses et heureux.

 

Le propos des fleurs, ici, peut glisser vers un débat sur les bonnes manières et la parité. Lors de mes conférences et ateliers publics, j’ai l’occasion d’échanger de vive voix avec les participants. Souvent, il y a des jeunes femmes qui acceptent la majorité des choses que je dis, mais sont en désaccord sur les questions de parité.

A mon sens, elles confondent certaines notions. Eriger la parité en valeur absolue est mauvais et néfaste pour les femmes. C’est les pénaliser encore plus. La parité au travail, oui. La parité au niveau des salaires, oui. La parité dans la promotion, oui.

Mais la parité dans le couple, non.

Avec la théorie des gender (et ses dérives), on veut faire des hommes et des femmes des êtres interchangeables.

Comme vous le savez, sur ce site, c’est tout le contraire. On établit l’homme en tant qu’homme (masculin, viril, fort, mâle, et autres attributs de votre choix), et on érige la femme comme femme (féminin, honorable, princesse).

Plus la femme valorise l’homme dans ces attributs masculins, et plus lui rend hommage à sa grâce féminine. L’homme et la femme sont complémentaires. Un homme offre des fleurs à une femme. La femme n’offre pas de fleurs à un homme. Point.

J’ai remarqué que lorsque je deviens « féminine » visuellement : c’est-à-dire lorsque je mets une jupe ou une robe, lorsque je mets des talons, lorsque je relève les cheveux en un chignon, lorsque je fais des petits pas, lorsque je ralentis mon rythme et laisse la grâce se poser sur moi… alors tous les hommes sont à mes petits soins. Ils m’ouvrent la porte, la portière, me salue chaleureusement, m’apporte à boire, me soulager de mes sacs, me propose à boire, me trouve une place assise, me propose leur assistance, etc.

En pantalon et en mode « maman-pressée », je suis invisible. Comme toutes les autres femmes.

 

Les femmes modernes doivent laisser la parité au travail… et ne pas considérer les hommages des hommes comme « une béquille à leur insuffisance ». À force d’envoyer des signaux aux hommes « je n’ai pas besoin de toi », les hommes vont le croire. Et ils ne seront plus galants. Pourquoi faire ? Si personne ne veut de sa galanterie, l’homme va jouer au ballon avec ses potes. Normal. Il a bien raison.

 

Donc, Mesdames, laissez-vous offrir des fleurs.

Et si vous dites : « mon homme ne pense jamais à m’en offrir », alors devenez plus féminine (cela prend quelques semaines). Et automatiquement, par la magique complémentarité du couple homme-femme, l’homme redeviendra un homme galant qui sait que les fleurs vont la joie des femmes.

 

6 comments

  1. Céline says:

    Ah oui, ca les chrysanthèmes ca craint 😮 !
    Je savais pour les roses en nombre impairs mais pourquoi il ne fallait pas venir avec bouquet à offrir directement à l’hôte

    • JeuneLady says:

      Bonjour Céline,
      Je pense que de nos jours, il est tellement rare d’offrir des fleurs que n’importe quelle maîtresse de maison serait ravie d’en recevoir même avant le dîner lorsque « logistiquement parlant » cela l’incommode un peu.
      Bonne journée

  2. Lucile de cuisinevegetalienne.fr says:

    Parce qu’il y a des gens qui offrent des chrysanthèmes à leurs hôtes ? Pratique étrange…
    Pour le nombre impair, je pensais que c’était de la superstition qui était simplement entré dans les mœurs.
    Quant aux roses, qu’elles soient rouges ou non, j’en n’en offre pratiquement jamais… si j’y réfléchis bien, j’en offre simplement à ma maman car, selon moi, outre sa couleur, la rose représente l’amour à elle seule.

    • JeuneLady says:

      Bonjour,
      Oui, certaines personnes offrent des chrysanthèmes. Fin octobre/début novembre, ces fleurs sont en promotion. Alors si on ne connait pas la symbolique, oui, c’est « une fleur comme une autre ».
      Merci, je n’avais pas pensé aux roses pour nos mères. C’est vrai que cela se fait de plus en plus. Je réfléchirai davantage à cette symbolique de l’amour romantique qui bascule en amour filial. Cela semble une évolution intéressante.
      Bonne journée !

Laisser un commentaire