The Intern / Le nouveau stagiaire : le film aux manières vintage

the intern le nouveau stagiaire bonnes manière et cinéma, review chronique savoir-vivre génération

The intern est un excellent film. Sorti fin 2015, il présente le choc de deux générations au travail. La génération des digitales natives et celle de leurs grands-parents. Le film est porté par deux grands acteurs : Robert de Niro et Anne Hathaway.

Plusieurs scènes sont très drôles et touchantes. Je vous invite vivement à découvrir The Intern.

 

The Intern / Le nouveau stagiaire : le film aux manières vintage

 

Le stagiaire de 70 ans ne peut s’empêcher de porter un costume (« dress to impress » enseigne-t-il à son collègue), d’ouvrir les portières aux femmes, et d’offrir son mouchoir blanc en tissu en cas de besoin. A plusieurs reprises, la patronne lui indique que cela n’est pas nécessaire. Et avec un respect et un savoir-vivre enviable, il répond qu’il ne fait pas cela par besoin. Classe, modeste et digne, Robert de Niro assure !

Une autre scène du film a attiré mon attention. La big boss fait remarquer que l’on ne dit plus « ladies » et « gentleman », mais « girls » et « boys ». Et à mon plus grand étonnement, j’ai réalisé que cette remarque est également valable en France. Dans mon ancienne entreprise, on qualifiait les hommes de « garçons » et les femmes de « filles ». L’âge ne changeait en rien le vocabulaire. Le savoir-vivre se perd par ce genre de familiarité. C’est dommage.

Un dialogue savoureux est à découvrir : le stagiaire et son jeune collègue discutent de banalité. Le pti’jeune, un geek 2.0 dans toute sa splendeur questionne le septuagénaire sur ses habitudes de rasage matinale. Et le grand-père lui confirme que oui, il se rase tous les jours même s’il sait qu’il ne verra personne. « Dingue ! » s’exclame l’informaticien.

Une scène du film The Intern est tout simplement hilarante. Elle est dévoilée dans la bande-annonce. Anne Hathaway dans son rôle de patronne constate qu’en une génération le look des hommes a totalement changé. De gentlemen, ils sont passés à enfants en pyjama. Et ces trois interlocuteurs sapés en casual’ ne peuvent que constater la gaffe de leur patronne qui s’est permise cette remarque devant eux. A Robert de Niro de sauver la situation grâce à son savoir-vivre vintage.

 

The intern, codes et usages au bureau : conclusion

 

C’est vraiment un bon film, je vous le recommande vivement !

 

 

 

Laisser un commentaire