Un guide génial, mais un auteur controversé : Les Bonnes manières, L’art du chic selon Lady Cartland !

l’art du chic selon Lady Cartland 2 art du chic selon Lady Cartland protocole lady élégance classe

 

Un guide génial, mais un auteur controversé : Les Bonnes manières, L’art du chic selon Lady Cartland !

 

Les Bonnes manières, L’art du chic selon Lady Cartland, paru aux éditions J’ai lu, en 2010.

Titre original Barbara Cartland’s etiquette handbook : a guide to good behaviour from the boudoir to the boardroom. Première édition en 1962.

 

J’ai lu le guide Les Bonnes manières, L’art du chic selon Lady Cartland avant de découvrir ce qui se disait sur internet sur son auteur. Première impression de lecture : extra !

Cela date des années 1960. Il y a de nombreuses anecdotes aristocratiques. La féminité est mise à l’honneur. L’auteure est catégorique sur certains points (et pas évasive sur des sujets sensibles). On apprend beaucoup sur le protocole relatif à l’accueil des membres de la famille royale. L’introduction à elle-seule mérite des applaudissements.

Deuxième impression du livre après avoir pris connaissance du personnage de Lady Cartland : euh… C’est un peu comme pour Michael Jackson : on distingue son œuvre musicale de son personnage médiatique. Et c’est mieux ainsi.

 

art du chic selon Lady Cartland

 

Je vous prépare plusieurs chroniques de ce manuel de savoir-vivre.

Pour l’heure, voici simplement quelques extraits qui en disent long sur Lady Cartland.

 

Les Bonnes manières, L’ art du chic selon Lady Cartland : extraits

 

L’art du chic selon Lady Cartland p.76

« Prénoms et surnoms

Les surnoms sont à éviter soigneusement, pour la bonne raison qu’ils deviendront ridicules quand l’enfant sera grand. Pour mes enfnats, j’ai choisi, exprès, des prénoms brefs. Comment voulez-vous raccourcir Raine, Ian et Glen ? Impossible. Les parents seraient également bien inspirés de choisir des prénoms que leurs enfants seront heureux de porter plus tard. Il faut avoir les épaules solides et ne pas craindre les risées quand on s’appelle Hercule ou Cléopâtre. »

 

Mon commentaire personnel (et qui ne regarde que moi, je n’impose pas mes vues sur la question à tout le monde) : les surnoms sont à proscrire, oui. C’est vrai.

Mais appeler ses enfants avec des noms courts dans le seul but que le surnom soit impossible me semble aussi limité pédagogiquement que les parents qui coupent les deux barreaux du bas des échelles pour que les enfants ne montent pas dessus.

Ce n’est pas une mauvaise idée, mais ce n’est qu’un palliatif. L’enfant doit apprendre l’obéissance à ses parents. Il ne montera pas à l’échelle par obéissance et non par manque de moyens (les deux barreaux).

De même, il ne faut volontairement ne pas attribuer de surnoms à ses proches, et non pas par manque de lettres. Sachez qu’avec un peu d’imagination, le surnom de Raine, Ian ou Glen peut être : « la peureuse, le timoré et le boiteux », etc. Les enfants ne manquent pas d’imagination quand il s’agit d’être méchant.

 

art du chic selon Lady Cartland 4 protocole savoir-vivre guide manuel expert etiquette coach professionnel luxe

 

L’art du chic selon Lady Cartland – p.147

« Amener un ami

Cela ne se fait pas. Sauf — peut-être ! — dans le cas où, connaissant très bien vos hôtes, vous pouvez leur demander cette autorisation. Je n’ai jamais pu donner une grande réception sans recevoir de coups de téléphone de ce genre : « Aggie Smith, que vous avez rencontrée il y a vingt ans, serait ravie de vous revoir. Cela ne vous ennuie pas que je l’amène ? » Ou encore : « Ma tante Janet et deux de mes cousines sont chez moi en ce moment. Cela ne vous ennuie pas que… »

A dire vrai, oui, cela m’ennuie beaucoup. Surtout dans le cas de garden-parties ou bals, quand le traiteur facture par tête et que tout a été commandé à l’avance. Malheureusement, comme les bonnes manières l’emportent sur le courage de ses opinions, j’ai l’immense plaisir de voir débarquer Aggie Smith, la tante Janet et les deux cousines. »

 

Commentaire personnel : Merci chère Lady Cartland d’avoir osé écrire cela. Je vous rejoins à 100% par identification. Et comme vous, ma foi aux bonnes manières dépasse mon courage d’opinion.

Les questions logistiques de mètres carrés par personne, de sécurité de salle et d’intendance culinaire (dont le montant à payer !) ne sont pas à négliger.

J’ai vu des invités-indésirables balayer d’un revers de main le dress code (tenue de plage pour une réception chic !), riant qu’eux sont « simples » et n’ont pas besoin de tout ce tralala (merci, on a mis des mois à préparer la réception ! pour nous ce tralala a de l’importance), et surtout descendre des coupes de champagne en enfilade à nos frais.

Merci Madame Cartland d’avoir osé écrire ce paragraphe !

 

art du chic selon Lady Cartland 4 protocole savoir-vivre guide manuel expert etiquette coach professionnel luxe

 

L’art du chic selon Lady Cartland – p.165

Dans le train

« J’adresse toujours la parole à ceux qui sont dans le même compartiment que moi. J’ai même reçu une demande en mariage de la part d’un parfait inconnu avec lequel je m’étais entretenue durant le trajet de Londres à Cardiff. Et aussi d’un millionnaire qui, à Douves, avait porté ma valise depuis la passerelle du ferry jusqu’au train pour Londres.

 

art du chic selon Lady Cartland 4 protocole savoir-vivre guide manuel expert etiquette coach professionnel luxe

 

En avion

Il est très désagréable de courir sur le tarmac pour atteindre l’avion, puis, une fois à bord, de jouer des coudes pour gagner le fauteuil convoité.

Je trouve cette pratique déplorable et j’ai envoyé de nombreuses lettres aux compagnies aériennes pour qu’elles trouvent une solution. Il n’y a guère qu’ne première classe ou sur les long-courriers que l’on peut réserver.

Pourquoi ne pourrait-on pas obtenir, en même temps que son billet, une place numérotée comme au théâtre ? Un tel système serait tellement plus pratique ! J’espère que ça se fera un jour. Pour le moment, nous devons nous contenter de voir des femmes en vison ou d’importants industriels en venir presque aux mains pour un fauteuil côté hublot.

Il est hors de question, naturellement, de donner un pourboire à l’hôtesse qui, le moment du débarquement venu, attend en haut de la passerelle et salue chaque passager. Beaucoup de gens ne se donnent même pas la peine de répondre. D’autres marmonnent deux ou trois mots incompréhensibles. Moi, je ne manque jamais de serrer la main de l’hôtesse, tout en la remerciant.

Fais aux autres ce que tu voudrais que l’on te fît. Ce dicton résume parfaitement ce que devrait être un comportement correct de voyage. »

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.