Dressage : un art équestre expliqué par Lady Bérengère du Thé des Dames

Bérengère Thé des dames

 

 

Chères lectrices,

Chers lecteurs,

Permettez-moi tout d’abord de remercier Hanna pour sa généreuse invitation à rédiger un article sur son blog.

 

Tout comme elle, je suis passionnée par le savoir-vivre, en particulier celui concernant la France (ce qui a d’ailleurs abouti à la création de ma société Art de vivre à la française) mais aussi par le dressage, qui est une discipline de l’équitation.

En plus de ces deux occupations, je suis illustratrice pour l’ à travers lequel je développe notamment un projet de livres pour enfants appelé Céleste & ses amis. J’ai aussi un blog ainsi qu’une chaîne YouTube appelés Le Thé des dames, à travers lesquels je parle principalement de féminité et d’élégance.

 

Mais revenons-en aux chevaux.

Le dressage est une discipline sportive aussi considérée comme un art où l’on magnifie les aptitudes et les allures naturelles du cheval. En d’autres termes il s’agit d’une sorte de gymnastique pour cheval qui peut s’apparenter à de la danse équestre aux yeux du public. Le dressage est un dérivé de l’équitation militaire d’autrefois et s’est développé en France à partir du XVIème siècle.

Si vous êtes curieux de voir ce qu’est cette discipline en compétition, je vous invite à visionner une vidéo du meilleur cheval de dressage au monde, Valegro.

 

 

Avez-vous remarqué la tenue que porte la cavalière de Valegro, Charlotte Dujardin ?

Il s’agit de la tenue traditionnelle que l’on porte en compétition de dressage depuis le début du XXème siècle : bombe de couleur sombre généralement bleu marine ou noir (avant les années 2010 on portait un chapeau haut de forme), frac de couleur sombre, la plupart du temps bleu marine ou noir (ou veste courte pour les épreuves des premiers niveaux et celles des jeunes chevaux), cravate blanche classique pour les hommes et de chasse pour les femmes, chemise ou chemisier blanc, gants blancs, pantalon blanc et bottes en cuir noires. Si l’on est une femme, on porte un chignon.

Nous avons donc un code vestimentaire à respecter à la lettre durant les compétitions. Le malheureux qui se permettrait de prendre des libertés avec ce règlement, même à petit niveau, se verrait tout de suite éliminé de l’épreuve par les juges. En réalité, absolument tout le monde suit les règles à la lettre, et tant mieux !

Mais qu’en est-il de la tenue d’entraînement me direz-vous ? Et je vous répondrais que l’élégance s’est malheureusement beaucoup perdue. Néanmoins ne nous concentrons pas sur ce point négatif et parlons de la tenue classique pour monter à cheval.

Autrefois, les femmes montaient en amazone, c’est-à-dire en ayant les deux jambes à gauche du cheval et non pas en étant à califourchon comme les hommes.

Désormais, tout le monde monte à califourchon et en pantalon d’équitation près du corps (contrairement à avant, où les culottes étaient bouffantes au niveau des cuisses). On peut choisir librement son haut, tant que celui-ci ne réduit pas la liberté de mouvement ou la vision (pensez à un beau chemisier avec un long noeud dont les pans ne cessent de venir se poser sur votre visage…). Toutefois, la tenue des années 50-60 est selon moi celle dont s’inspirer aujourd’hui : chemise ou chemisier avec ou sans pull et veste. Pour l’automne et l’hiver, les blousons matelassés sont très appropriés. Si vous souhaitez voir plusieurs exemples de ce type de tenues, j’ai créé un tableau Pinterest à cet effet.

On monte toujours en bottes de cuir noires ou marrons. Celles-ci peuvent être avec ou sans lacets.

Traditionnellement, on devait montrer un grand respect à son instructeur tant du point de vue de son comportement que de la façon dont on arrivait pour sa leçon : un cheval ayant un brin de paille dans les crins ou de la boue sur le corps était immédiatement renvoyé au boxe. Il en va de même pour un cavalier qui n’était pas correctement vêtu ou qui avait des bottes sales, celui-ci ne pouvait suivre la leçon.

Cela s’explique non seulement car on se devait de témoigner du respect à son instructeur à travers la propreté de sa tenue, de son matériel et de son cheval mais aussi pour des raisons pratiques et de sécurité (le cuir mal entretenu finit par casser).

 

Bien que ces règles soient moins strictes aujourd’hui, l’équitation transmet tout de même de très belles valeurs telles que la patience, la persévérance, l’humilité, la discipline et le goût de l’effort. Si l’on veut réellement bien monter à cheval, nous serons obligés de développer la plupart de ces qualités.

On peut d’ailleurs facilement transposer certaines leçons d’équitation dans la vie en général : à cheval, on se tient droit et sans rigidité ; l’énervement et l’empressement sont contre-productifs ; on doit regarder loin devant soi… Il y a aussi la célèbre citation du général L’Hotte « Calme, en avant, droit. » En outre, l’expression « être droit dans ses bottes » provient du domaine équestre (et militaire).

 

Il y a tant de choses à dire au sujet de l’équitation et du dressage, tant de merveilles et de subtilités à découvrir, aussi je vous invite à suivre le compte Instagram de mon projet d’écurie si ce thème vous intéresse.

 

Merci encore à Hanna et à bientôt !

 

Bérengère

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.