Comment refuser un cadeau jugé disproportionné ?

refuser cadeau noel, refus cadeau chèque, voisine cadeau trop, enfant cadeau argent étiquette politesse bonnes manières

Récemment, une anecdote est arrivée jusqu’à moi. C’est la première fois que j’entends ce genre d’histoire. Une connaissance a reçu un chèque de cent euros pour Noël de la part de la voisine de sa mère. Cette personne ne comprend pas cette soudaine générosité et se sent gênée du montant. 100 euros comme cadeau de Noël de la part d’une personne que l’on ne connait pas très bien et qui n’est pas un membre de notre famille est pour le moins inusuel.

La première réaction de la personne a été la surprise et la joie, mais rapidement la phrase « je ne peut pas accepter cela » est sortie de ses lèvres. Le chèque avait été laissé chez sa mère, donc la réaction est différée.

 

Comment refuser un cadeau jugé disproportionné ?

 

Je n’ai pas la réponse à cette situation spécifique. Voici ce qui s’est dit autour de moi :

Il y a les partisans du : « un cadeau est un cadeau ». Si cela fait plaisir à la voisine d’offrir 100 euros à la fille de sa voisine, c’est bien, peut-être qu’elle n’a pas d’enfants (si elle en a) ? Peut-être qu’elle approuve l’éducation supérieure et qu’elle veut contribuer à rendre les jeunes plus éduqués, c’est sa contribution (sait-elle que les jeunes peuvent facilement dépenser 100 euros en soirée, fringues ou portable) ? Peut-être que la mère a fait preuve d’une grande aide à son égard et qu’elle a refusé tout dédommagement, donc la voisine « rend la politesse » sur l’enfant ?

 

Et il y a les partisans du « c’est effectivement trop, il faut rendre, un cadeau n’est jamais totalement gratuit ». Il faut aller voir la voisine personnellement et exprimer sa gratitude et sa gêne d’accepter le chèque. Si on ne peut pas y aller, écrire une carte, c’est un minimum ; mais renvoyer alors le chèque par la poste ne semble pas une bonne idée. C’est un refus trop brutal.

 

A l’écoute de cette histoire pour la première fois, j’étais dans le second camp, celui des « il faut rendre l’argent ». Mais en y pensant encore et encore, et en essayant réellement d’imaginer la scène, je me dis que je serais incapable de dire à quelqu’un que son cadeau est inapproprié. Si je juge mon interlocuteur d’adulte intelligent et responsable, ce serait lui manquer de respect que de refuser son cadeau. Affronter cela en face à face me serait impossible. Donc après réflexion, je serais pour accepter le chèque… et rendre une visite de courtoisie pour exprimer ma gratitude.

 

Et vous, que feriez-vous dans pareilles circonstances ? Refuser ou accepter ?

 

 

2 comments

  1. Mélanie says:

    SI on est sûr que la personne est pleinement consciente de son cadeau (pas une personne âgée qui confond éventuellement les monnaies, ou perdrait la tête…), il me semble difficile de refuser sans vexer cette personne.
    Au pire, si il s’agit d’un chèque, on peut ne jamais l’encaisser…

    • Hanna GAS says:

      Oui, c’est très difficile de refuser un cadeau.

      La situation est d’autant plus délicate si la personne ne « comprend » pas.
      Je me souviens de scènes dans mon enfance où des amis venaient chez mes parents avec trois bouteilles de champagne. Pour eux, c’était « normal ». Pour mes parents, c’était « impossible de rendre la pareille ». Les questions d’argent (surtout quand on cache son « manque d’argent ») sont extrêmement délicates.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.