8 choses à savoir sur l’art épistolaire, ou comment écrire une lettre

lettre manuscrite, comment écrire une lettre d'amour, lettre carte de voeux manuscrite, politesse, savoir-vivre, étiquette rédiger une lettre, règle de bienséance

 

L’art de la correspondance épistolaire

Ecrire une lettre manuscrite est une réalité si peu courante que cela passe à présent dans la catégorie de l’art. Comment faisait les gens autrefois pour communiquer ? Comment la planète tournait-elle sans internet ? Comment les affaires arrivaient-elles à se conclure avec la lenteur de l’épistolaire ?

Ecrire une lettre est devenu désuet. Et je suis la première à constater cette tragédie dans ma propre vie. D’une part, le mail est moins cher. Je dirais même qu’il est gratuit. J’écris beaucoup à mes amis. Le timbre à 0,70 € est devenu un luxe pour les grands écrivains comme moi.

Tout au plus, je passe encore par le manuscrit pour des cartes postales de vacances, des faire-part et des cartes de vœux de fin d’année. Mais à quand remonte ma dernière lettre manuscrite ?

Pour l’anecdote (honteuse), je vous avoue qu’à la dernière St Valentin, j’ai écris une lettre à mon mari… à l’ordinateur. Au bas de la page, j’ai ajouté un cœur et mon prénom pour compenser. Mais bon… je n’en suis pas fière. Sur le coup j’avais pensé : « il vaut mieux une lettre d’amour tapuscrite que pas de lettre du tout ». Ok, ma conscience fut muselée. Mais des mois après, je me demande encore si réellement mes excuses de manque de temps de l’époque étaient motivées.

Récemment une amie m’a envoyé un cadeau par la poste. J’ai voulu répondre par une lettre manuscrite. Et j’ai donc patienté deux semaines en remettant toujours au lendemain la rédaction de ma lettre. Passé les quinze jours, j’ai réalisé que je ne trouverai pas le temps. Il valait mieux répondre imparfaitement à l’ordinateur que de laisser s’écouler une semaine supplémentaire. Et donc j’ai tapé ma lettre de remerciement à l’ordinateur, j’ai ajouté un mot cordial à la main et j’ai posté le tout. Certains me souffleront qu’il aurait mieux valu acheter une belle carte avec enveloppe colorée et griffonner un belle formule dessus, etc. Ma réponse est la même qu’au début de cet article. Les cartes en kiosque sont devenues trop chères pour moi. Elles sont très belles, mais le prix est disproportionné.

Au lieu de culpabiliser et d’essayer maladroitement de suivre des règles de savoir-vivre épistolaires (que je trouve relativement périmées pour notre époque), je me suis fais mon propre codex de politesse épistolaire. Certes « c’était mieux avant ». Mais la réalité de ma vie ne me permet pas de renouer avec le XVIIIe siècle. Sorry.

Je partage donc avec vous mes 8 adaptations de l’étiquette épistolaire.

 

Comment écrire une lettre dans les règles du (nouvel) art ?

 

  1. L’étiquette stipule qu’il faudrait écrire sur l’enveloppe « Monsieur et Madame Pierre Dupont » en toutes lettres. Je préfère directement abréger en M. et Mme.
  2. Pour écrire à Caroline Dupont, il faut écrire sur l’enveloppe « Madame Pierre Dupont». Désolée, je ne peux pas accepter cette identité féminine caché derrière le prénom de monsieur. Moi j’écris Mme Caroline Dupont.
  3. Pour les amis, on choisit une enveloppe carré et on plie la lettre en quatre. Pour l’administratif, on utilise des enveloppes rectangulaires et on plie la feuille en accordéon (en trois). Ma réalité quotidienne est le rectangle. Pour tous.
  4. Il faut écrire à l’encre noire. L’encre bleue est seulement tolérée. Les autres couleurs sont proscrites. Perso, je trouve le noir dur et trop formel. Je préfère le bleu marine.
  5. Ne jamais écrire au stylo à bille ! Il faut un stylo à plume. J’ai abandonné le stylo à plume au lycée. Je me dis souvent « un jour, j’y reviendrai ». Mais objectivement parlant, c’est irréaliste à l’heure actuelle.
  6. Il convient de noter à l’angle en haut à droite de sa lettre le lieu et la date de rédaction. Autant pour l’administratif que le courrier privé. Ma réalité est bien différente. Je triche souvent sur les deux informations. Si j’écris une carte de vœux de mariage, je la rédige à l’avance, mais je préfère la dater du jour J pour les mariés. Lorsqu’ils rassembleront leur souvenir dans les années suivantes, il vaut mieux qu’ils lisent tout l’amour de leur proche ce jour-là et pas un autre.
  7. Si une lettre est remise directement dans la boite aux lettres ou sur le paillasson, il faut écrire sur l’enveloppe seulement le nom et le prénom de la personne, et ajouté « V. » pour signifier « en ville ». Ok, dans ma réalité, si je vois quelqu’un je lui transmets directement le message en live.
  8. Si ma lettre est entièrement tapuscrite, je rajoute un petit mot manuscrit en PS ou en formule de salutation. Cela personnalise et « intimise » le lettre.

 

Et vous, comment gérez-vous l’art de l’épistolaire à l’ère d’internet ?

8 comments

  1. Mely says:

    Bonjour !
    J’adore les lettres. Même si je suis une férue d’Internet et des mails, j’aime encore écrire des lettres et en recevoir. J’ai eu beaucoup de correspondants quand j’étais enfant et ado, sans parler des lettres écrites aux copines (et aux amoureux ^^) qu’on s’échangeait au collège et au lycée… J’en écrit encore occasionnellement, que ce soit des cartes de voeux ou des lettres manuscrites, que ce soit à mon chéri où à mes amies dont la plupart vivent loin, puisque j’ai quitté la région où j’ai grandi. Et c’est sans doute mon côté enfant, mais j’adore en profiter pour faire des petits dessins ou coller des stickers, chose impossible sur les mails, ou alors artificielle.
    Merci pour cet article agréable ! J’avoue que j’ignorais certains points, comme le 4, 5 et 2 (mais moi aussi je m’y refuserais)
    Très bonne journée Hanna et à bientôt 🙂

    • JeuneLady says:

      Bonjour Mely,
      Je me retrouve tout à fait dans votre histoire ! La correspondance épistolaire a marqué mon enfance… comme celle des générations pré-internet. Je ne sais pas si vous connaissez le livre Une forme de vie d’Amélie Nothomb. C’est un de ses chefs d’œuvre! Elle y révèle le conseil de sa mère qui l’obligeait à répondre aux lettres de son grand-père. L’auteure disait qu’elle ne savait pas quoi lui écrire. Et sa mère lui proposa de répondre ou commenter les propos de son grand-père. Des échanges passionnants sur des années…
      Combien de « vraies discussions » avons-nous eu par voie épistolaire dans notre enfance! Cela paraît impensable aujourd’hui. Le fait de fixer une pensée par écrit la rend comme irrévocable, on préfère l’éphémère du virtuel (moi la première) où l’engagement est moindre.
      J’arrête mes envolées philosophiques 🙂
      Bonne semaine !
      Hanna

    • JeuneLady says:

      Bonjour Isabelle,
      Je reçois encore quelques cartons d’invitations rédigés de la sorte. Pas des lettres, mais des invitations officielles. Cela fait drôle ! Mon amie m’invite à son mariage mais l’invitation « s’adresse » à mon mari (indirectement).
      Nous verrons l’évolution des bonnes manières à la lumière de l’évolution du féminisme dans les prochaines années. Grand spectacle en vue 🙂
      Bonne journée,
      Hanna

  2. Laure says:

    D’accord sur l’encre bleu, le noir fat trop agressif. En plus si le stylo bave (c’est souvent mon cas) ça fait brouillon sorti de la gueule d’un chien. Mais j’avoue utiliser également du turquoise ou du violet.
    Tu as raison pour la correspondance. Autrefois j’écrivais des tonnes de lettres à mes amies (et petits copains), là je fais tout via texto ou facebook. Et je garde la carte pour des occasions spéciales.

    • JeuneLady says:

      Bonjour Laure,
      Bon compromis !
      Les encres de couleurs donnent beaucoup de vie, c’est vrai. Une lettre écrite à l’encre violette au stylo à plume me fait penser à une énigme policière 🙂
      Bonne journée,
      Hanna

  3. Lu Divine says:

    Timbres chers, cartes chers… c’est un grand obstacle. Genre pour envoyer une carte d’anniversaire, on tourne à 4 euros. Alors c’est pas la ruine, mais bon cela sape l’acte spontané.
    Point 2: hors de question d’écrire à Monsieur ma copine!

    • JeuneLady says:

      Un commerçant m’a dit que les cartes étaient aussi onéreuses pour compenser les vols. Je trouve cela injuste pour le consommateur honnête.
      Bonne journée 🙂

Laisser un commentaire