Comment célébrer la fête des rois ?

fête des rois 3 protocole savoir-vivre tardition fève comment célébrer histoire origine coach bonnes manières étiquette

Comment célébrer la fête des rois ?

Voici un extrait du livre de Berthe Bernage, Convenances et Bonnes manières, aux éditions Gautier Languereau. C’est l’édition de 1953.

p.313

« Fête des rois

fête des rois 3 protocole savoir-vivre tardition fève comment célébrer histoire origine coach bonnes manières étiquette

Une aimable tradition veut qu’on fête l’Epiphanie en cachant la fève, qui devient symbole de la royauté pour celui qui la trouve dans la galette. Jadis, les boulangers offraient à chaque famille de leur clientèle une galette des rois. On donnait alors des étrennes à la porteuse chargée de ce présent feuilleté.

A présent, on l’achète ou on la prépare à la maison. On la mange au dessert en famille, ou on donne un goûter.

Goûter des rois.

S’agit-il d’une réunion enfantine ? Il sera charmant de fabriquer deux couronnes de papier doré destinées au petit roi et à la petite reine. Après goûter, on couronnera les élus.

Pour des convives plus sérieux, la table sera décorée de gui, de houx, de roses de Noël. On peut dissimuler la fève dans les gâteaux individuels, galettes feuilletées, pains de Gênes, dans lesquels chaque convive trouvera un petit bibelot. Mais un des gâteaux contiendra aussi une vraie fève.

fête des rois 3 protocole savoir-vivre tardition fève comment célébrer histoire origine coach bonnes manières étiquette

Pour tirer les rois.

On découpe la galette en autant de parts qu’il y a de convives ; on jette une serviette sur le gâteau et la personne la plus jeune de la société tire les parts au hasard. Avant de porter le morceau à ses lèvres, on le tâte pour voir si la fève, le bébé ou le sabot de porcelaine ne s’y trouve pas. On l’envoie sur une assiette au roi ou à la reine choisi. Et chaque fois qu’un des deux convives veut boire, on crie : « Le roi boit ! la reine boit ! ».

Le roi fait un cadeau à sa reine ; par exemple, des fleurs qu’il lui envoie le lendemain.

Choix du roi ou de la reine.

Dans une réunion mondaine, un homme ne doit pas conférer cette royauté à sa femme, à sa mère ou à sa sœur ; mais s’il est parmi les invités, il choisira la maîtresse de maison ou sa fille.

Entre jeunes gens et jeunes filles, on choisit selon ses préférences : mais attention aux yeux malicieux !

Evitez de faire jaser. »

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.