Le pardon appartient-il aux bonnes manières ? (série : Attention, ça va être catho !)

 

Le pardon appartient-il aux bonnes manières ? (série : Attention, ça va être catho !)

 

 

6 comments

  1. Deusy Marie says:

    Bonjour Hannah. Bonne Année 2019.
    Le pardon : Pour ma part, Jésus était essénien. Jésus prêchait le pardon pour une meilleure entente entre les « Hommes ». Ce sont les « Hommes » qui l’ont transformé en religion. Je vous invite à voir le site de Anne Givaudan, écrivaine : (Livre : De Mémoire D’Essénien ». J’aime beaucoup vos vidéos conseils sur les bonnes manières.
    Je vous souhaite une excellente journée.
    Amicalement.
    Marie Deusy.

  2. Sylvie P. says:

    Bonjour,

    Oui, pour ma part je pense que le Pardon appartient aux bonnes manières.
    Mais le Pardon doit être utilisé avec justesse.
    Il y a d’une part Amour ou Bienveillance à l’égard de l’autre et il y a d’autre part Justice ou Equité.
    Je prends l’exemple de la sphère familiale. L’affection et l’intimité règne, mais également le respect.
    Affection qui se manifeste à travers les gestes quotidiens d’attention dans le partage, la compréhension, l’écoute et la communication. Respect qui se manifeste à travers l’attention à l’espace de chacun, à la libre individualité de chacun et donc à la libre expression de chacun.
    Or, il s’avère qu’il y a parfois des oppositions, des désaccords, des incompréhensions qui malgré la bonne volonté de chacun suscitent une réaction défensive ou l’autre lors d’un dialogue peut se sentir blessé par les propos tenu parfois à tort par simple excès de sensibilité ou parfois à raison car l’un n’a pas été suffisamment prévenant et/ou à fait des reproches justifiés ou non à l’autre.
    Dans une telle situation, s’il s’agit d’un couple, il est évident que quelques excuses réciproques sont les bienvenues: « Je te prie de bien vouloir m’excuser » Peut-être ai-je été un peu trop direct, j’espère ne pas t’avoir heurté dans ta sensibilité? ». On ne s’excuse évidemment pas soi-même d’un:
    « Je m’excuse » qui ne fait pas parti des bonnes manières mais on présente des excuses. Et on fait en sorte que l’acte dans sa négativité n’amène jamais à une souffrance chez l’autre et une inclination de cœur de désolation de notre part telle qu’on se doit de demander pardon. Mais on peut demander pardon dans l’intimité d’égal à égal.
    Cependant s’il s’agit d’une relation de rang, de différence générationnelle comme celle de parent à enfant: Le parent étant l’aîné ne demande jamais pardon mais présente des excuses avec affection. L’enfant, lui, présente des excuses de façon générale ou bien demande pardon si l’acte outrepasse les limites du respect.
    A l’extérieur du cadre familliale, on présente des excuses par politesse pour un retard, on présente des excuses avec considération si on a malencontreusement bousculée une personne.
    Et en souriant, je vous dirais que si on a bousculée une dame très âgée… d’une part par considération pour elle, d’autre part pour des raisons de respect générationnelle on peut ajouté un: « Que Dieu me pardonne ».

    • Hanna GAS says:

      Chère Sylvie,

      Merci beaucoup pour votre contribution. En vous lisant, je distingue une différence entre le pardon dans la sphère privée (familiale) et dans la sphère publique. Cela me donne à réfléchir, merci pour cette piste.

      Amicalement,

      Hanna

  3. Arnaud says:

    Bonsoir,

    Pour ma part, il est évident que non. Si pardonner était un aspect inhérent au respect des bonnes manières, alors je dirais que les bonnes manières sont bien trop restrictives, elles nous supprimeraient notre libre arbitre. À quoi bon pardonner sous le prétexte unique des bonnes manières, ce serait ridicule. Déjà, tout n’est pas pardonnable, pas à tout moment. On peut tout à fait être courtois sans avoir pardonné, comme vous l’avez dit. On peut très bien adresser un bonjour ferme, légèrement froid, sans que cela soit malpoli.

    Je ne suis pas catholique, ce qui ne m’empêche pas de penser que le pardon est une valeur utile à la société et à soi-même, dans de nombreux cas. Souvent, le pardon peut aider à se décharger de toute hargne, à faire la part des choses et à aller mieux. C’est alors profitable pour tous, sans s’étendre sur le sujet. Cependant, ce pardon ne doit pas être automatique. Bien des personnes toxiques peuvent apparaître dans une vie, et leur pardonner quelque chose peut se révéler dangereux pour soi, par exemple du fait du risque de répétition d’un acte malveillant de l’individu pardonné.

    Tout ça pour dire que le pardon, à mon sens, se détache totalement des bonnes manières 😉

    Bien cordialement,

    Arnaud.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.