Comment vivre comme un aristocrate ?

aristocratie aristocrate aristocrates château domaine chasse à cour polo cheval équitaion noble noblesse fiançailles mariage valeurs

Encore une surprise de référencement Google qui motive la rédaction d’un article ! Parmi les requêtes tapées dans le moteur de recherche pour parvenir jusqu’à mon blog, je relève souvent les mots « aristocrate » et « aristocratie » accompagnés des mots-clés « bonnes manières » « style de vie » ou « étiquette ».

Ces mots sont pourtant très rares sur le site. Le savoir-vivre n’est pas réservé à une élite, et je m’efforce de le prouver tous les jours. Les bonnes manières sont un ensemble de règles du jeu qui nous permettent de mieux vivre ensemble.

Néanmoins, les aristocrates sont une caste à part. Ils sont les premiers à avouer que ce n’est pas le port de la particule qui les réunit, mais le partage de certaines valeurs. Pour les rejoindre, voici les points de convergence sur les lesquels vous pouvez rebondir :

 

Quelles sont les valeurs que partagent les aristocrates ?

 

  1. L’importance de l’histoire, du passé et de la tradition

Il n’est pas question de réciter la généalogie de la famille au petit-déjeuner, simplement de contrer cette société qui annihile tout l’héritage judéo-chrétien de la France. Comme les Romains qui marquaient les jours importants d’une pierre blanche, les familles aristocratiques prennent le temps de célébrer les fêtes du calendrier : les fêtes religieuses, les anniversaires, les saint Patrons, les anniversaires de rencontre, l’ouverture de la saison, la commémoration de la mort d’un tel, l’inauguration de… Perpétuer les traditions familiales est essentielle : que ce soit des rituels à Pâques, des private jokes au cousinade en été, ou des activités amoureuses en mémoire de la 1ere rencontre.

Ecrire son histoire sans renier le passé est capital (comme c’est la mode aujourd’hui). Dans le même esprit, les événements extraordinaire comme les fiançailles, baptême, obtention de diplôme sont célébrés. Il ne s’agit pas de somptueuses fêtes avec un budget illimité, mais de réunion de famille où les gens prennent plaisir à être ensemble. Et s’ils ne peuvent venir, ils appellent le héro du jour. Simple mais ô combien touchant ! (La mode actuelle est de ne pas aller au Noël en famille car tatie Germaine nous agace, ne pas organiser un barbecue pour fêter l’été parce que c’est ridicule, ne pas décorer le sapin de Noël parce que ça sert à rien…). Inscrire son histoire dans l’Histoire est ce qui distingue les familles aristocratiques de celles « qui n’en ont rien à faire ». L’accent est mis sur l’héritage noble de la France. Oublier le passé, c’est être contraint de reproduire ses erreurs. Les traditions sont d’excellents palliatifs.

  1. L’éducation

Dans la filiation du premier point se place l’éducation. Il s’agit de transmettre son savoir, son héritage et son histoire aux nouvelles générations. Ne pas compter sur l’école (institution extérieure à la famille) pour former à la vie. Les bonnes manières, le savoir-vivre et l’étiquette sont enseignés naturellement. Pas pour se distinguer des autres mais pour avoir la capacité de s’adapter à n’importe quel interlocuteur durant sa vie. La pédagogie, l’éducation et la transmission sont des valeurs très fortes et très familiales chez les aristocrates. Ils ne délèguent pas cela à la République Française.

  1. Le travail, la confiance en l’avenir

Ce qui distingue un aristocrate ruiné d’un non-aristocrate ruiné est la conviction du premier que cela est passager. La fortune bâtie une fois sera plus facile à reconstruire la seconde fois. Mes propos semblent naïfs à certains. Replacez-les dans le contexte. Pour citer l’exemple de ma famille en Pologne. Tout le patrimoine fut confisqué par les Russes, puis les Nazis, puis les communistes. Mettez une guerre mondiale au milieu, et agitez. En 60 ans de milkshake, il ne reste rien… sauf la joie de vivre, l’éducation, le bonheur, le patrimoine immatériel, l’héritage de valeurs, le goût du travail, la conviction que la vie est belle… Le meilleur bagage dans la vie est l’éducation ! Même si on vous prend tout, il vous reste « vous ». Les aristocrates fondent leur vie et celles de leurs enfants sur la richesse intérieure. Si vous vous moquez des nobles qui vivent dans des ruines de château alors même qu’ils pourraient acheter un petit appart moderne en ville, vous avez tout faux.

 

Nombre d’entre nous partagent ces valeurs-là. « La vie est belle » est un postulat.

 

Je termine par une citation introductive au livre La Maison Windsor de Kitty Kelley :

« Je crois néanmoins en l’aristocratie, si tel est le mot juste, et si un démocrate peut l’employer. Non en une aristocratie du pouvoir basée sur le rang et l’influence, mais en une aristocratie de la sensibilité, de la bienveillante et du courage. On trouve ses membres dans toutes les nations, toutes les classes, toutes les tranches d’âge, et lorsqu’ils se rencontrent, il y a une complicité secrète entre eux. Ils représentent la véritable tradition humaine, la victoire permanente de nôtre drôle de race sur la cruauté et le chaos. »

Tiré d’un essai de 1941, E. M. Forster

2 comments

    • Hanna GAS says:

      Bonjour,
      Je vois souvent les expression « vivre comme des aristocrates » et « noblesse » dans les termes de recherche, or je ne me référence pas volontairement la dessus. Il faudrait peut-être à en croire google 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.