Politesse & Education : Quels sont les mots magiques à enseigner aux enfants ?

Politesse & Education : Quels sont les trois mots magiques à enseigner aux enfants ?

 

Il existe des mots magiques qu’il FAUT enseigner aux enfants. Ce n’est pas une question de snobisme, mais c’est le B.a.-ba de la vie en société. L’utilité des mots magiques n’est plus à démontrer, c’est une évidence.

Quels sont les mots magiques à enseigner aux enfants ?

 

Les mots magiques

Il est courant de rencontrer des personnes assez rudes au cours de nos journées. Vous savez, ces personnes qui marmonnent leur mécontentement dans les files d’attente, qui vous donnent des ordres brusques, qui vous rentrent dedans et vous dévisagent comme si vous veniez de les frapper ou encore la vieille dame à qui vous venez de ramasser son porte-monnaie tombé par terre et qui vous regarde comme si vous veniez de la voler. Vous connaissez ce genre de situation, n’est ce pas. Elles sont assez courantes. Et on les appelle les « incivilités » du quotidien. C’est un des plus grands maux dont souffres les Français. Selon les statistiques, cette souffrance cause plus de mal que le manque d’argent.

Je pense que ces personnes ne se réveillent pas le matin avec la ferme intention d’être désagréable. Souvent, ce sont même les victimes de leur paradigme négatif. Mais bien que cela soit compréhensible et excusable, c’est difficile à encaisser jour après jour.

Et c’est là qu’interviennent les mots magiques. Ces mots vous permettront non seulement de désarmer le comportement rude de ces personnes, mais en les utilisant vous allez aussi remarquer des résultats dans votre propre psyché. En effet, cela peut sembler contre-intuitif, mais la recette peut être inversée :

  • La classique : Si nous sommes heureux, nous sommes polis et agréables. Si nous sommes malheureux, nous sommes impolis et désagréables.
  • L’inversée : En nous forçant à être courtois et agréables, nous finissons par être plus heureux et sereins.

Vous connaissez cette grande vérité. D’ailleurs, c’est pour cette raison bien précise que j’insiste autant sur le sourire. Si vous souriez, les hormones du bonheur s’activeront en vous. Un scientifique l’expliquerait mieux que moi, mais en somme, c’est ça.

Souriez et vous serez heureux. N’attendez pas d’être heureux pour sourire.

 

Les mots magiques : la base de l’interaction sociale

Ces mots sont la base même de toutes interactions positives. Avec la famille, les collègues, les amis, les inconnus, les commerçants, le banquier, les professeurs des enfants, l’inconnu dans la rue. Les mots magiques sont la base de la civilité. N’espérez même pas avoir une rencontre fructueuse en n’utilisant pas au moins un de ces termes. La plupart du temps, vous les utiliserez même de très nombreuses fois. Normalement, une bonne éducation (domestique) aurait dû nous fournir ces outils. Malheureusement, nous sommes nombreux à avoir été éduqués par le tube cathodique. Et nous n’avons pas besoin d’être des experts en médias pour constater que les termes ci-dessous, sont malheureusement peu utilisés à la télévision. Prêtez-y attention. C’est affligent. Oui, le mot est fort, mais c’est un réel problème.

 

Alors quel sont ces mots magiques que nous devons enseigner à nos enfants ?

 

Premier mot magique :« S’il te plaît / s’il vous plaît »

Vous pouvez transformer n’importe quel ordre en requête agréable en mettant « s’il vous/te plaît » à la fin ou au début de la phrase. C’est absolument magique. Pour être encore plus efficace, vous pouvez formuler la phrase de manière interrogative. Si vous la mettez au conditionnel présent, vous assénez le coup de grâce. Exemple :

Ordre : « Apporte-moi du chocolat. »

La personne le prendra comme un ordre et ne voudra probablement pas vous rendre ce service. Rien d’étonnant à cela.

Requête autoritaire : « Apporte-moi du chocolat, s’il te plaît. »

La personne sera plus apte à vous rendre le service bien qu’elle puisse encore percevoir la requête comme autoritaire.

Requête élégante : « Peux-tu m’apporter du chocolat, s’il te plaît ? »

Vous augmentez significativement vos chances de réussite !

La combinaison ultime : « Pourrais-tu m’apporter du chocolat, s’il te plaît ? »

Personne ne peut résister à ça !

 

 

Deuxième mot magique : « Merci »

Évident, n’est ce pas ? Et pourtant…

Qu’on se le dise encore et encore : il n’y aura jamais trop de merci dans nos vies. Dites merci à toutes les occasions. Vous avez peur de passer pour un original en utilisant trop ce terme ?

Honnêtement ?!

Plongez dans votre mémoire et essayez de dégoter un souvenir où vous avez ressenti une mauvaise impression envers quelqu’un qui vous avez dit merci. Bien sûr, ne prenez pas en compte les mercis ironiques et sarcastiques.

Je ne me souviens plus où j’ai lu cet article, mais en gros voici le contenu. Quelqu’un analysait les raisons des millions de divorces chaque année et une des raisons invoquées était la perte de l’expression de la gratitude. Cela concerne autant les femmes que les hommes. On considère beaucoup de choses comme « normales », et on ne remercie plus son conjoint. On se dit que cela fera trop, et cela nous fera paraître ridicules. C’est inconscient, mais bien réel. Nombre d’hommes ne se sentent plus estimé par leurs femmes malgré tout le travail qu’ils font pour elles. Ils ne souhaitent pas en faire moins, mais simplement être apprécié et donc remercié pour ce qu’ils font déjà.

Il y a un exercice fréquent (et qui marche très bien !) que l’on nous recommande dans toutes les sessions de couples, ou d’amélioration de vie personnelle. C’est exprimer trois gratitudes par jour (à sa moitié ou à 3 personnes différentes).

Au début cela semble risible. Oui, risible. Et pourtant, c’est difficile. Il faut « casser » quelque chose en nous les premiers jours. On se force.

Bref, tout cela pour dire : la multiplication des mercis au quotidien embellit la vie.

 

 

Troisième mot magique : « Avec plaisir »

Il faut impérativement répondre au « merci » par un « avec plaisir » au minium ou un « je vsou en prie » dans l’idéal. Une personne peut vraiment mal le prendre si vous ne le faites pas !

Evitez d’utiliser les termes « de rien ». Les « de/ce n’est rien » tendent à minimiser votre acte. Il n’est jamais bon de se rabaisser socialement et il peut être utile que la personne se rappelle de votre service pour vous rendre la pareille un jour.

« Avec plaisir » indique que vous reconnaissez que vous venez de faire quelque chose d’important pour l’autre personne. Vous l’avez fait en parfaite connaissance des choses et c’est un choix libre.

Mais le « je vous en prie » est chevaleresque au possible. C’est cette formule-là que vous devez utiliser le plus possible.

 

Quatrième mot magique :« Excusez-moi »

Il y a deux types d’excuses :

Vous venez de faire une faute et vous demandez le pardon de la victime.

Ou vous utilisez cette formulation pour demander l’attention d’une personne tout en lui indiquant que vous êtes conscient que vous la dérangez.

Pour une faute grave, un simple « excusez-moi » n’est pas suffisant. Il faudra expliquer les raisons pour lesquelles nous regrettons notre acte précédent et tenter de résoudre le problème. Si cela est impossible, il est nécessaire de demander à la victime de quelle manière nous pouvons amoindrir les effets néfastes de notre erreur.

Pour un simple dérangement, plus superficiel, il est capital de dire « excusez-moi » dans les situations suivantes :

  • Une interruption nécessaire : « Excusez-moi, mais M.X veut immédiatement vous parler »
  • Faire une requête : « Excusez-moi, mais les chiens ne sont pas admis dans ce restaurant »
  • Commettre une erreur : « Excusez-moi, je pensais que vous étiez le serveur »
  • Faire un faux pas, foncer sur quelqu’un, etc. : Dans ce cas-là, un simple « excusez-moi » suffit.
  • Quitter une conversation : « Excusez-moi, j’aurais bien voulu parler plus longuement avec vous, mais je dois partir maintenant »
  • Se lever de table : « Excusez-moi, [expliquer la raison] »

Dans ces cas-là, vous pouvez prononcer « excusez-moi » en souriant. Attention, pas le sourire exprimant la joie, mais le sourire désolé : Les yeux tristes.

Qu’en pensez-vous ? Si tout le monde utilisait ces mots magiques, ne serait-il pas déjà bien plus agréable de vivre dans nos sociétés modernes ?

 

 

 

Pour poursuivre, voici pour vous !

Pour bien rire, lisez ceci :

Comment mettre ses invités à la porte ?

7 règles d’étiquette qui vont changer votre vie

5 infos originales sur les arts de la table

 

Pour mieux comprendre les us et coutumes des Français, ouvrez ces trois onglets-là :

En France, quelle heure d’arrivée pour quelle invitation ?

Plan de table : où siègent les maîtres de maison ?

Bonnes manières : quand le quart d’heure de politesse est-il absolument intolérable ?

 

Pour apprendre quelle est la plus belle formule de politesse qui soit, cliquez ici :

Lourdes, St Bernadette et le summum de la courtoisie

 

Pour ne pas être le gros lourd à table en présence de clients potentiels, jetez un coup d’œil par ici :

Travail, clients et sujets de conversation acceptables : ce qu’il faut savoir

Soupe servie dans une tasse ou un bol : comment la déguster ?

3 astuces pour se souvenir des prénoms lors de présentations

Comment doit-on s’adresser à un prêtre ?

 

Et si vous vous grillez totalement, voici comment soigner votre seconde chance :

5 façons de présenter ses excuses

 

 

Et enfin, pour réunir des munitions lors des immanquables débats sur les bonnes manières, voici du contenu :

Comment définir la noblesse française ?

Plage, soleil et bonnes manières : tout savoir pour passer des vacances de rêves !

Savoir-vivre et vocabulaire : est-ce snob de dire «mon époux» ?

 

 

Laisser un commentaire